VIDEO – A Clessé, la borne Michelin sauvée par Deux-Sèvres Auto Mémoire et l’auto-amphibie d’Ulysse font bon ménage

Il y a quelques années, l’association Deux-Sèvres Auto Mémoire se lançait un nouveau défi, avec la sauvegarde de ce qu’elle appelle le « petit patrimoine routier », à savoir les bornes Michelin, plaques de cochers et bornes milliaires. Un travail de patience qui se traduit parfois par de belles rénovations, comme ici, à Clessé.

Deux-Sèvres Auto Mémoire, fidèle à son slogan « Laissez-vous transporter par les Deux-Sèvres », cultive la sauvegarde du patrimoine automobile local, dans toutes ses dimensions. Outre le travail de mémoire sur l’activité industrielle automobile deux-sévrienne, l’association entend aussi préserver une autre forme de patrimoine routier, à l’image des bornes Michelin. Ces emblématiques poteaux indicateurs en béton ont au fil du temps été remplacés par les panneaux en métal. C’est pourquoi les membres de l’association veillent sur leur état de forme, quand ils ne partent carrément pas à la recherche de pièces abandonnées, enlevées et (mal) stockées. L’idée ? Les restaurer, pour les présenter comme éléments du patrimoine routier deux-sévrien à part entière.

L’association a sensibilisé (et parfois convaincu) bon nombre de communes de la nécessité de préserver ces témoins, voire de les rénover. Certaines bornes ont pu être sauvées de la destruction. C’est une étape. La suivante ? Les remettre en état, et les montrer au public. D’après Vincent Dabin, le président de Deux-Sèvres Auto Mémoire, une quinzaine de ces bornes attendent une nouvelle jeunesse. Comment ? En recréant les « chapeaux » de ces bornes et leurs socles en béton. Des restaurations confiées, quand le budget le permet, à un maçon, avant un bon coup de frais à la peinture blanche.

Histoire de pérenniser cette action, Deux-Sèvres Auto Mémoire a candidaté au budget participatif 2020 du Département des Deux-Sèvres, qui a lancé un appel à projets (653 ont été déposés, dont 193 déclarés éligibles) qui seront dotés, dans leur globalité, d’une enveloppe de 2 M€. La short list étant constituée d’abord à l’aide d’un vote en ligne. Les lauréats seront désignés par l’assemblée départementale en novembre 2020.

Cet été, deux bénévoles (le président Vincent Dabin et André Bianco) se sont attelés à finaliser la restauration d’une de ces bornes, qui a trouvé refuge dans un local communal à Clessé. Le lieu n’est pas anodin, il a été récemment rénové pour mettre en valeur un autre élément du patrimoine automobile local. Dans le centre du bourg, place du Général-De-Gaulle, la commune a aménagé et restauré un local pour y héberger la borne Michelin rénovée, mais aussi un engin étrange : la première voiture amphibie à deux roues tout-terrain inventée par Ulysse Texier de la Caillerie.

La voiture exposée est une parfaite réplique de l’exemplaire unique conçu et fabriqué par cet homme né à Clessé en 1885. Après une formation de sellier et de mécanicien, il fonde un garage. Plus tard, il se lancera même en politique et sera candidat à l’élection présidentielle de 1953. Mais avant cela, il invente donc une auto amphibie présentée pour la première fois au public le 3 mars 1932 sur la place du champ de foire de Secondigny avant l’essai du l’étang de la Vergne.

La voiture, nommée La Comète, est une deux places, 5CV, qui trouve son équilibre et sa stabilisation automatiquement. Le moteur se déplace à l’intérieur de la carlingue sur des rails, d’avant en arrière, ce qui permet d’équilibre la voiture. D’un poids de 700 kilos, elle avance sur l’eau grâces aux pales fixées sur les roues.

De cette voiture originelle, il ne resta par la suite aucune trace. Suffisant pour qu’une équipe de fêlés décide de la reproduire en partant de rien ou presque. Ce qui fut fait par une association, Les Amis d’Ulysse, créée en 1999. Un an de travail, 5 000 heures, ont été nécessaires pour reproduire la voiture à l’identique.

La reproduction a été présentée devant un millier de personnes le 14 juillet 2000 sur le lac des Effres à Secondigny, puis deux jours plus tard sur le plan d’eau des Rochers de la Bonnelière à Clessé. Elle a ensuite été présentée à Rétromobile puis au Concours Lépine 2002, où elle a obtenu la Grande Médaille d’honneur du concours. Puis elle a été exposée dans une vitrine chez Robert Morin, à Clessé, avant de rejoindre le local communal 2019, où l’amphibie a dorénavant pour voisine une borne Michelin sauvée de la destruction.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s