ESSAI – Le Skoda Kodiaq, bien pratique pour le cinq à sept

Faire entrer sept personnes dans un SUV de moins de 4,70 m de long, c’est le challenge à la mode chez quelques constructeurs. Histoire de faire exploser ce qui reste de concurrence dans le segment des monospaces compacts ? Dans la galaxie du groupe VW, Skoda se lance dans l’aventure avec son Kodiaq, en même temps que Peugeot et son 5008. Et avant, Volkswagen, qui va lancer prochainement son Tiguan Allspace.

Skoda Kodiaq


La plupart des constructeurs ont tellement réussi leur coup (juteux) en proposant des SUV à toutes les sauces qu’ils veulent couvrir absolument tous les besoins, jusqu’aux plus farfelus, si l’on considère le Range Rover Evoque cabriolet. Parmi les besoins les plus évidents, ceux des familles qui aiment prendre leurs aises. Pour elles, les SUV sept places ne sont pas encore légion, tout du moins sous la barre des 4,70 m de longueur. Au-delà, il y a du monde. Le Nissan X-Trail se sentait un peu seul, avant l’arrivée du nouveau Peugeot 5008, et du Skoda Kodiaq.

Ce dernier avait été annoncé sous les traits d’un concept-car vert pâle, le Vision S, présenté au Salon de Genève 2016. Le modèle de série ne trahit pas les annonces, adouci un peu les angles, et conserve pas mal de personnalité avec une grille de calandre à barrettes verticales, et un dessin des feux avant particulièrement original, avec les antibrouillards placés en hauteur.

Un peu de Range Rover Evoque dans le traité de la face avant ? Il y a de ça. Et du Jeep (merci la calandre !), estime un mécano suisse croisé près d’un chalet, sur la route de Gstaad.

L’aménagement intérieur est dans la même veine. La planche de bord sort des sentiers battus, et s’émancipe des autres réalisations du constructeur tchèque, nettement plus classiques. Le Kodiaq inaugure une nouvelle signature : la planche de bord à double casquette, qui devrait être reprise dans les autres futurs SUV de la marque. La remarque vaut aussi pour une comparaison avec un Volkswagen Tiguan, nettement plus austère. Dans cette finition Style, la sellerie cuir et alcantara peut être de couleur claire, positionnant illico la bête sur le segment du haut de gamme.

Si le transport de troupes est la raison d’être du Kodiaq, il faut savoir que les deux strapontins du fond sont une option, facturée 820 €, contrairement au Peugeot 5008 qui les fournit de série. Autre différence entre les deux : s’ils sont choisis, les deux sièges optionnels du Kodiaq se rabattent au besoin dans le plancher du coffre et y demeurent. Ils ne sont pas extractibles comme ceux du 5008.

Le Kodiaq se venge en soignant différents aspects pratiques. On retrouve les désormais classiques parapluies dans les portes avant, un gratte-givre dans la trappe du réservoir, un range-ticket, deux boîtes à gants, et un inédit système de protection en caoutchouc des arêtes de portes à l’ouverture.

Et sur cette finition Style la lampe amovible dans le coffre. Contrairement au Peugeot 5008, les sièges de rang 2 du Kodiaq ne sont pas individuels. C’est une banquette classique, qui coulisse sur 18 centimètres, et dont les dossiers sont inclinables. Une lanière à tirer permet de faire varier l’inclinaison. Ce n’est pas aussi pratique qu’une manette en plastique rigide, mais ça fait l’affaire. Quoi qu’il arrive, l’espace est royal aux jambes à l’arrière.

wp-1491144132579.jpg

D’ailleurs, le look du Kodiaq suggère l’habitabilité potentielle : le profil est assez lourd, et chargé sur le porte-à-faux arrière. Une silhouette qui s’accommode mal des jantes de 17 pouces en série sur les deux premiers niveaux de finition, Active et Ambition.

wp-1491143825532.jpg

Dommage que Skoda n’enfonce pas le clou en matière d’astuces à bord. Sur cette finition haut de gamme, il faut ajouter 90 € pour rabattre la banquette automatiquement depuis le coffre, 100 € pour bénéficier de tablettes amovibles au dos des sièges avant, et 150 € pour disposer d’une prise 230V et d’un port USB. Pas négligeable quand le tarif dépasse les 42 000 €. Skoda ne s’embarrasse plus des conventions liées à son statut passé et n’hésite plus à charger la barque, même si à équipement comparable, un Peugeot 5008 est un peu plus cher. On ne parle pas du Tiguan ou des rivaux de taille comparable, mais premium.

La marque monte en gamme, et dispose de la palette technologique du groupe VW : boîte DSG et transmission intégrale sont au programme, au choix. Les puissances affichées grimpent à 190 ch, en diesel. Cette dernière motorisation (que Skoda a la bonne idée de ne pas cantonner à la seule finition haut de gamme), performante et pas trop gourmande, est obligatoirement liée à la boîte DSG à sept rapports (relativement lente en mode Normal) et à la transmission intégrale Haldex, qui gère elle-même la motricité sur les quatre roues. Revoir ses ambitions à la baisse en lorgnant sur le moteur TDI 150 ch (étonnamment indisponible en deux roues motrices et boîte manuelle) permet d’économiser 1 200 €.

En essence, deux choix possibles, moins nombreux que sur le Tiguan : seuls les 1.4 TSI de 125 et 150 ch (avec activation des cylindres à la demande) sont disponibles. Les confrères qui ont pu prendre en mains cette dernière version ne tarissent pas d’éloges à son sujet. Comme le TDI 150, le TSI 150 n’est pas disponible dans la combinaison deux roues motrices et boîte manuelle. C’est deux roues et boîte DSG 6 au minimum ou rien !

Si la finition Style vous paraît pleine d’équipements superflus, la finition Ambition, elle, oblige à se passer entre autres des feux à led, de la caméra de recul, des sièges en cuir et alcantara… mais l’addition baisse de 4.180 €. Le meilleur des compromis reste celui proposé par la finition Business (-2.100 € par rapport à la Style). Bientôt, il sera possible de revoir la déco extérieur des Kodiaq avec les versions Sportline et Scout. Facile à deviner, la première sera à dominante dynamique, et la deuxième plus baroudeuse, comme l’Octavia !

wp-1491143852759.jpg

Oh oui !

  • Espace habitable
  • Équipement complet
  • Confort
  • Performances
  • Astuces pratiques

Oh non !

  • Profil lourd à l’arrière
  • Tarifs coquets
  • Confort ferme avec les jantes de 19 pouces
  • Lenteur de passage des rapports en mode normal

Skoda Kodiaq 2.0 TDI 190 4X4 DSG7 Style

  • 42.490 €, tarif à partir de 24 950 euros pour le Kodiaq 1.4 TSI 125 ch 7 places Active.
  • 4 cylindres turbo diesel, 1 968 cm3
  • 190 ch à 3.500 tr/mn
  • couple 400 Nm à 1.750 tr/mn
  • Vitesse maxi, 210 km/h
  • 0 à 100 km/h en 8,9 secondes.
  • Consommation mixte homologuée : 5,7 l/100 km.
  • Émissions de CO2 : 151 gr/km.

Équipement de série

  • Sellerie cuir et alcantara
  • Caméra de recul
  • Accès et démarrage sans clé
  • Jantes alu 18 pouces
  • Feux avant et arrière full led
  • Système de navigation et écran tactile 8 pouces
  • Régulateur de vitesse adaptatif
  • Hayon motorisé

Dimensions

  • Longueur 4,70 m
  • Largeur 1,88 m
  • Hauteur 1,67 m
  • Coffre  : 780 dm3 (5 places)
  • Poids 1.677 kilos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s