ESSAI – Renault Mégane 1.6 dCi 130 Intens : joliment décomplexée

Le nom de Mégane a été utilisé pour la première fois sur une Renault de série en 1995, après avoir été étrenné sur un concept-car de grande berline haut de gamme en 1988. Vingt ans après avoir relancé le milieu de gamme du Losange, la Mégane quatrième du nom brise la coutume qui a voulu qu’entre chaque génération, tous les repères, stylistiques notamment, ont été balayés. Voilà donc une Mégane IV savamment remise au goût du jour, avec, en haut de gamme, une technologie qui vient directement des Espace V et Talisman.

Renault Mégane 1.6 dCi 130 Intens (30)

Une nouvelle Renault Mégane qui s’appuie en partie sur l’héritage de sa devancière, c’est assez nouveau. Pour renouveler sa compacte, Renault joue à fond la carte de l’air de famille. À l’arrière, il y a un peu de Clio IV pour les hanches marquées, et de Mégane III (sur le travail de la lunette arrière) dans des proportions retravaillées : la nouvelle Mégane est plus longue que son aînée (+6 cm), plus basse (-2,5 cm), et si elle est aussi large que l’ancienne, elle est surtout mieux assise sur la route grâce à des voies élargies à l’avant et à l’arrière. Même l’empattement est agrandi, au profit de l’espace habitable.

Renault Mégane 1.6 dCi 130 Intens (28)

La face avant est inédite, soulignée par une calandre que l’on retrouve désormais sur toute la gamme Renault, et une signature lumineuse de jour « à crosses » inaugurée sur la grande Talisman. Les feux à leds étirés à l’arrière sont allumés constamment, comme sur la Talisman, encore elle. C’est inédit dans la catégorie des compactes, et surtout très joliment travaillé, en 3D. Le feux arrière sont creusés, comme sur un Porsche Macan… ou les Mercedes des années 1970 et 1980.

Les similitudes entre la nouvelle Mégane et la Talisman, pourtant de catégories différentes, sont nombreuses, y compris sur le plan technique. Mégane et Talisman reposent sur la même plate-forme (CMF), partagée aussi avec l’Espace.

Renault Mégane 1.6 dCi 130 Intens (29)

Pour résumer, on peut potentiellement retrouver l’intégralité du bagage technologique et sécuritaire d’un Espace, en série ou en option dans une Mégane, à condition de choisir les versions les plus coûteuses. À l’image de cette finition Intens, ultra-complète, qui chapeaute la gamme, GT mise à part.

Renault Mégane 1.6 dCi 130 Intens (22)

On y retrouve, comme sur la Talisman et l’Espace, de nombreuses aides à la conduite, le système multimédia R-Link 2 avec son immense écran tactile vertical de 8,7 pouces, mais aussi le Multisense, qui permet de choisir différents modes de conduite, allant d’Eco à Sport, en passant par les Neutre, Confort et Perso. Ce qui fait varier, accessoirement, la couleur et le graphisme des compteurs remplacés par un écran TFT de 7 pouces, et les lignes de leds qui courent le long des contreportes, et des flancs de la console centrale.

Même l’affichage tête haute en couleur apparaît, cette fois au rang des options (400 €), tout comme le système audio Bose (800 €), moins convaincant que d’autres installations du même constructeur américain, dans d’autres voitures.

Le dessin des sièges traduit aussi une vraie volonté de monter en gamme, surtout avec l’option « cuir » pas donnée (1 500 €) mais qui inclut la fonction massage et chauffage… comme sur la Talisman. La fonction massage, on y goûtera très vite… en actionnant le mode Confort du système Multisense. L’une est couplée à l’autre. Et comme dans l’Espace, c’est rigolo pendant quelques kilomètres, et les ondulations dans le dos deviennent vite lassantes. Petite mesquinerie, les réglages du siège en hauteur et en longueur ne sont pas électriques.

À l’arrière, Renault rend aussi la vie plus belle aux… parents : les fixations Isofix sont bien isolées dans des capsules en plastique avec trappes occultantes. Impossible dorénavant de tâtonner avec un siège enfant, à la recherche des fixations invisibles, dissimulées entre assises et dossiers, comme c’était le cas dans la Mégane III.

Renault Mégane 1.6 dCi 130 Intens (19)

Renault Mégane 1.6 dCi 130 Intens (20)

Autant de réjouissances dignes d’une belle vitrine, et qui ne doivent pas aveugler le chaland. La nouvelle Mégane en finition Zen, située sous le niveau Intens, ne dispose pas de toutes ces gourmandises : le Multisense est indisponible, et le système de navigation optionnel a recours à un classique écran tactile de 7 pouces, horizontal, identique à celui du Kadjar. Tout ce qui fait le charme high tech de la Mégane s’envole.

Renault Mégane 1.6 dCi 130 Intens (17)

Par rapport à une Talisman ou un Espace, la Mégane Intens perd dans la bataille la molette qui permet de sélectionner une fonction du système R-Link, ou de passer d’un menu à un autre. La moindre largeur de la console centrale ne doit pas être un argument, dans la mesure où de nombreuses concurrentes disposent de ce plan B, qui évite d’avoir à triturer l’écran tactile. Sur une dalle d’une telle taille, on ne voit que les traces de doigt !

Renault Mégane 1.6 dCi 130 Intens (21)

Cette interface multimédia XXL, commune à la compacte Mégane et à la grande berline Talisman, bride du coup l’imagination des designers de l’habitacle. On pourrait quasiment passer d’une Mégane à une Talisman sans s’en apercevoir. Seules les notions d’espace peuvent réellement trancher en faveur de l’une ou de l’autre.

Dans le cas de la Mégane, l’habitabilité et le volume de coffre progressent assez peu d’une génération à l’autre. Ce dernier perd même en facilités d’accès, avec un seuil trop haut. Le volume général de coffre, annoncé à 434 litres, tombe à 406 quand la voiture est équipée d’une roue de secours et du caisson de basses du système audio Bose. Dans la Mégane III, ce caisson était installé sous les pieds du passager avant, condamnant une trappe de rangement dans le plancher, et générait de désagréables vibrations dans les pieds dudit passager.

Renault Mégane 1.6 dCi 130 Intens (15)

L’offre mécanique n’apporte rien de nouveau par rapport à la Mégane III. En essence, deux variantes du 1.2 TCE sont proposées, avec 100 ou 130 ch. En diesel, trois puissances sont au programme : 90, 110 et 130 chevaux. Le 1.6 dCi 130, inchangé, chapeaute la gamme « classique », la finition GT faisant l’objet de traitements spécifiques. Officiellement, ce bloc rejette 103 gr de CO2, soit un de moins que la Mégane III équipée du même moulin. L’alourdissement de la voiture est sans doute passé par là. A équipement équivalent, la Mégane IV serait plus légère de 90 kilos que la III. Mais la technologie est passée par là, et a remis les balances à zéro.

Sur les routes en lacets et en dénivelés à l’ouest de Lisbonne, notre Mégane a consommé 6 l/100 km en moyenne, entre axes secondaires et autoroutes. Un résultat recoupé avec celui d’autres confrères, pas toujours tendres avec leur pied droit.

Renault Mégane 1.6 dCi 130 Intens (13)

Ce léger embonpoint ne pénalise pas vraiment la Mégane 1.6 dCi 130. Que de douceur, dans cette version-là ! Le moteur est toujours aussi doux, sobre et discret, à condition d’éviter le mode Sport du système Multisense. Il implique une sonorité artificielle envoyée dans les haut-parleurs, dans l’habitacle, qui se rapproche plus du bourdonnement que de la sonorité à connotation sportive. Heureusement, le mode « Perso » permet de programmer tous les paramètres à sa guise, et de conserver la vivacité du mode Sport, sans l’agression sonore, par exemple.

Renault Mégane 1.6 dCi 130 Intens (10)

Renault Mégane 1.6 dCi 130 Intens (14)

Les ailes du 1.6 dCi 130 sont seulement coupées sur les derniers rapports, qui semblent allongés. Sa philosophie épouse parfaitement celle de la nouvelle Mégane, très confortable. De quoi la faire entrer dans le clan des autos séduisantes et sans défaut marquant. Même les tarifs, qui paraissent salés, ne s’envolent pas, d’une génération à l’autre, tout en gagnant quelques équipements.

Renault Mégane 1.6 dCi 130 Intens (25)

Exemple avec notre Mégane 1.6 dCi 130 Intens, à 28 800 €. Elle remplace la Mégane 1.6 dCi 130 Bose à 28 850 €. Si elle perd le système audio Bose, elle gagne les feux à leds, le Multisense, un système de navigation plus évolué, les compteurs TFT, le freinage actif d’urgence, l’alerte de franchissement de ligne, la commutation automatique des feux, la reconnaissance des panneaux de signalisation et l’alerte de survitesse. La sonorisation de cette dernière est d’ailleurs assez agaçante, au même titre que la voix féminine nasillarde de la navigation installée par défaut. Se plonger dans la configuration du système R-Link 2 permet d’y remédier… mais pas forcément rapidement. La maîtrise des menus et des sous-menus demande un peu d’accoutumance.

Renault Mégane 1.6 dCi 130 Intens (4)

Renault Mégane 1.6 dCi 130 Intens (3)

Oh oui !

  • Technologie embarquée à la page
  • Confort
  • Discrétion du moteur
  • Sobriété
  • Design

Oh non !

  • Accès au coffre (seuil haut, faible largeur)
  • Alertes et guides sonores agaçants
  • Derniers rapports de boîte longs.

Renault Mégane 1.6 dCi 130 Intens

  • 28 800 € ; gamme à partir de 18 200 €.
  • Moteur 4 cylindres turbo-diesel, 1 598 cm3
  • 130 ch
  • Couple maxi : 320 Nm
  • 198 km/h
  • 0 à 100 km/h en 10’’.
  • Consommation homologuée : 4,0 l/100 km (mixte)
  • Émission de Co2 : 103 g/km.

Équipement de série :

  • Jantes alu 17 pouces
  • Système R-Link 2 avec écran 8,7 pouces
  • Système Multisense
  • Caméra de recul
  • Compteurs TFT 7 pouces
  • Sellerie cuir/tissu
  • Feux AV et AR à leds
  • Carte d’accès et de démarrage mains libres

Dimensions

  • Longueur 4,36 m
  • Largeur 1,81 m
  • Hauteur 1,45 m
  • Coffre : 434 litres
  • Poids : 1 318 kilos

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s