ESSAI – Le nouveau Nissan Juke 1.2 DIG-T 115, encore plus extravagant…

Commercialisé il y a un peu plus de trois ans en pleine baraka, quand Nissan engrangeait les commandes avec son Qashqai, le Juke allait surprendre son monde avec un look décalé. Le restylage de mi-carrière n’aseptise pas la bête, loin d’être un bide commercial.

Nissan Juke (1)

Le Nissan Juke rejoint le clan fermé des autos pas vraiment belles, mais qui connaissent malgré tout un joli succès. Impossible de passer un côté d’un Juke, écoulé à 420.000 exemplaires en trois ans en Europe, dont 60.000 en France. Ce design tranché, est estimé « original » pour les plus polis, et carrément moche pour les autres. On appelle ça un choix « clivant » : on aime ou on déteste.

Le restylage ne touche pas aux caractéristiques principales du Juke : les gros phares ronds sont préservés. Seuls les pare-chocs sont redessinés, tout comme les blocs contenant les feux de jour, désormais à leds, et façon boomerang. Il a donc fallu redessiner les ailes. Les fonds de deux arrière sont aussi redessinés, pas la forme globale.

A l’intérieur, l’élément le plus marquant, la console au design de réservoir de moto, est préservée. Mieux, elle fait l’objet d’un programme de personnalisation pompeusement appelé Nissan Design Studio, décliné en un pack intérieur et un extérieur, nommés Creative-Line.

Nissan Juke (4)

Dans l’habitacle, la console-réservoir peut être peinte en quatre couleurs (rouge, blanc, noir ou jaune). Couleurs qui habillent aussi les aérateurs, le pommeau du levier de vitesses, les inserts de portes et sur la sellerie. Les différentes surpiqûres sont assorties. Le programme est en option sur la finition Acenta (500 euros), et en série sur les Connect Edition et Tekna. Ces deux finitions peuvent également être complétées du pack extérieur Creative-Line (500 €), qui prévoit, toujours en jaune, noir, blanc ou rouge,  les coques de rétros, les cerclages des gros projecteurs ronds, des inserts dans les pare-chocs, et des jantes alu 18 pouces flanquées d’inserts… clipsés. Ca fait un peu bricolage, sur ce dernier point.

Technologiquement, le nouveau Juke se met à la page du Qashqai, et embarque en option ou en série (à partir de la finition Connect Edition) l’AVM 360, quatre caméras qui restituent sur l’écran central la voiture dans son environnement « vu du ciel ». Le Safety shield, qui comprend une alerte de franchissement de ligne, la surveillance des angles morts et la détection d’objets en mouvement dans le champ de vision des quatre caméras en manoeuvre : un vrai plus à cause des faibles surfaces vitrées, et d’une visibilité périphérique pas toujours aisée, malgré la position de conduite surélevée.

Nissan a profité du restylage pour revoir le dessin du bac de coffre. Ca permet de gagner, selon le constructeur, 40 % de contenance, qui atteint maintenant 354 litres, et qui gagne un plancher amovible, et donc un double fond potentiel. Nissan a aussi investi dans son usine de Sunderland, en tôlerie, pour proposer un toit ouvrant panoramique (en série sur la finition Tekna, en option à 950 € sur Acenta et Connect Edition) qui faisait défaut à la version précédente.

Nissan Juke

Techniquement, c’est l’introduction du nouveau moteur essence 1.2 DIG-T 115 chevaux qui compte : ce petit quatre-cylindres turbo de 1.197 cm3 associé à une boîte manuelle à six vitesses est directement puisé dans la banque d’organes de l’alliance Renault-Nissan, déjà monté dans le Mégane, et dans les Clio et Captur à boîte EDC (en définition 120 chevaux). Compact, léger, bénéficiant d’une chaîne  et non plus d’un courroie de distribution, il délivre 190 Nm de couple à 2.000 tr/mn. Les valeurs de couple et de puissance maxi sont obtenues plus tôt qu’avec l’ancien 1.6 atmo de 117 chevaux, qui reste au catalogue, uniquement accouplé à la boîte XTronic, à convertisseur de couple. Bizarrement, Nissan n’a pas retenu la boîte à double embrayage des Renault Clio et Captur.

Ce nouveau moteur équipe notre Juke d’essai, en finition Tekna, avec notamment la sellerie cuir, le toit ouvrant, les feux au xénon en série… Une définition sans lacune, affichée 22.850 €, contre 24.650 € avec le 1.5 dCi 110. Reste à savoir si le petit moteur essence est capable de déloger le diesel.

Doux dès la mise au contact, discret, il est capable de performances correctes, sans être particulièrement étincelant. Avec le Nissan Dynamic Control System, qui joue sur la cartographie en fonction du mode de conduite choisi (Normal, Eco ou Sport), il devient particulièrement pétillant sitôt les 2.500 tr/mn franchis. En accélération, les chiffres annoncés par Nissan sont proches, qu’il s’agisse du 1.2 DIG-T ou du 1.5 dCi 110 : il faut au premier 10.8 secondes pour abattre le 0 à 100 km/h, et 11.2 secondes au diesel. Au chapitre des reprises, c’est le diesel qui s’en sort le mieux… mais l’ambiance sonore, bien que pas vraiment sportive, est nettement plus agréable avec le 1.2 DIG-T. Question de philosophie.

Le bilan en consommation reste dans la même veine que celui d’un Renault Captur TCE 120 EDC : compter en moyenne 7.5 à 7.7 l/100 km, ce qui, dans la catégorie, n’est ni brillant ni scandaleux.

Même avec les jantes de 18 pouces du pack Creative-Line extérieur, le Juke reste relativement prévenant avec les vertèbres, mais fait définitivement fi de toute notion de discrétion… Les jusqu’au-boutistes pourront piocher dans la nouvelle palette de couleurs pour faire du Juke le plus extravagant des petits crossovers : le jaune Yuzu, le bleu Indigo et le rouge Toscane sont peut-être un peu too much pour être vraiment plébiscités par les acheteurs.

Nissan Juke (2)

Nissan Juke 1.2 DIG-T 115 Tekna (22.850 €)

Quatre cylindres, 1.197 cm3, 115 ch à 4.500 tr/mn, couple 190 Nm à 2.000 tr/mn, boîte manuelle à six vitesses

Vitesse maxi : 178 km/h, 0 à 100 km/h en 10,8 sec.

Emissions de CO2 : 129 gr

Consommations normalisées : 6,9 l/100 en cycle urbain ; 4..9 l/100 en extra-urbain ; 5.6 l/100 en cycle mixte.

Réservoir : 46 litres

Dimensions : longueur, 4.13 m ; largeur, 1.76 m ; hauteur, 1.56 m ; coffre, 354 litres.

Oh oui !

  • Contenu technologique (Conect Edition et Tekna)
  • Moteur doux et onctueux
  • Equipement complet

Oh non !

  • Plastiques de tableau de bord toujours durs
  • Personnalisation clinquante
  • Habitabilité et visibilité limitées

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s