ESSAI – Skoda Octavia Scout : un goût d’aventure en famille

Chacun sa place dans le groupe Volkswagen. À Skoda le rôle de la voiture rationnelle, bien sous tous rapports à prix étudié. Ce qui ne laisse en général pas de place à la fantaisie. Dans la gamme Octavia, seule la sportive RS offre un grain de folie. La Scout arrive dans un autre registre, celui du couteau suisse… un peu plus affirmé que l’Octavia 4×4, qui ne se démarque guère esthétiquement de ses sœurs à deux roues motrices.

Skoda Octavia Scout (1)

Avec l’uniforme Scout, la Skoda Octavia vise le haut du panier de la polyvalence… chic et baroudeuse. Comment un tel coktail est-il possible… et avoir l’effet escompté ? Seule la carrosserie break (Combi) hyper logeable de l’Octavia (610 litres exploitables comme pour rire) est conservée, disponible avec les deux moteurs TDI les plus costauds disponibles dans la gamme : 2.0 150 et 2.0 184 chevaux, ce dernier n’étant accouplé qu’à la boîte à double embrayage DSG à six vitesses. L’autre TDI, de 110 ch, est réservé à l’Octavia 4X4 classique, sans le package Scout. Le moteur essence est quant à lui interdit de séjour sous le capot de l’Octavia Scout.
Le ticket d’entrée est donc forcément assez élevé (30 450 €), ce que suggère aussi un traitement intérieur plus raffiné dans la décoration (planche de bord bi-ton, volant et et sellerie spécifiques). Si l’ensemble est impeccablement réalisé, les équipements premium sont quant à eux optionnels. En choisissant le toit ouvrant panoramique, des jantes alu spécifiques, les feux au xénon, la sellerie mi-cuir et alcantara, la caméra de recul, le système de navigation bien sous tous rapports, notre Octavia d’essai s’affichait à plus de 38 000 €. Une somme qui commence à causer.

 

À l’extérieur, place à la décoration de baroudeuse avec les pare-chocs équipés d’une protection, des passages de roue protégés par du plastique. Dans le cas de l’Octavia, ce n’est pas pour épater la galerie : la garde au sol est rehaussée de 3,3 centimètres, et les dessous permettent réellement quelques sorties hors bitume, grâce à la transmission intégrale Haldex de cinquième génération, partagée avec la Volkswagen Golf Alltrack, ou encore la Seat Leon X-Perience, logique de groupe oblige.

Le conducteur n’a pas d’autre choix que de faire confiance au système Haldex pour modifier la motricité aussi vite qu’un changement de conditions d’adhérence est détecté. Par défaut, l’Octavia Scout est une traction avant, et le couple peut être redistribué sur les autres roues (jusqu’à 90 % sur les roues arrière). C’est la machine qui décide. Autrement dit, il n’y a pas de molette dans l’habitacle pour choisir un mode de traction particulier.

La présence des quatre roues motrices est indécelable grâce à ce détail, et aussi parce que le coffre est identique, qu’il s’agisse d’une Octavia deux ou quatre roues motrices. Les astuces pratiques sont reconduites.  Un bonheur de famille montagnarde, cette Octavia!

Dans ce cas-de figure, la version 2.0 TDI 150 à boîte manuelle reste probablement le meilleur choix. Le passage des rapports trop rapide de la boîte DSG avec le TDI 184 peut générer un bourdonnement sourd et désagréable en sous-régime. En mode «Sport », le régime moteur est maintenu haut, trop longtemps. Des défauts qui disparaissent en plaine où elle fait quasiment jeu égal en performances avec la RS TDI.

Skoda Octavia Scout (14)

Skoda Octavia Scout (51)

Plus raisonnable, l’Octavia Scout 2.0 TDI 150 offre une homogénéité rare : elle est sûre, sobre, performante, confortable. Le tout pour 4 000 € de moins en moyenne à équipement comparable que la concurrence généraliste (Citroën C5 CrossTourer, Opel Insignia Country Tourer), qui ne se bouscule pas au portillon.

Skoda Octavia Scout (32)

Skoda Octavia Scout (43)

Oh oui !

  • Technologie embarquée à la page
  • Confort
  • Discrétion du moteur
  • Sobriété
  • Design

Oh non !

  • Accès au coffre (seuil haut, faible largeur)
  • Alertes et guides sonores agaçants
  • Derniers rapports de boîte longs.

Skoda Octavia Scout 2.0 TDI 150

  • 30 450 € ; (32 900 € en version 2.0 TDI 184 DSG 6)
  • Moteur 4 cylindres turbo-diesel, 1 968 cm3
  • 150 ch entre 3.500 et 4.000 tr/mn
  • Couple maxi : 340 Nm entre 1.750 et 3.000 tr/mn
  • 207 km/h
  • 0 à 100 km/h en 9’’1.
  • Consommation homologuée : 5,1 l/100 km (mixte)
  • Émission de Co2 : 129 g/km.

Équipement de série :

  • Banquette arrière rabattable automatiquement depuis le coffre
  • Aide au démarrage en côte
  • Climatisation automatique
  • Transmission intégrale
  • Contrôle automatique de la pression des pneus
  • Jantes alu 17 pouces
  • Aide au stationnement arrière
  • Régulateur de vitesse
  • Allumage automatique des feux
  • Détecteur de pluie
  • Rétroviseur intérieur électrochromatique…

Dimensions

  • Longueur 4,68 m
  • Largeur 1,81 m
  • Hauteur 1,53 m
  • Coffre : 434 litres
  • Poids : 1 526 kilos
  • Garde au sol 171 mm
  • Réservoir 55 litres

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s