DS 5LS : les Chinois ne l’appelleront pas Citroën

Citroën vient de présenter son dernier rejeton premium qui n’aura, en théorie, pas droit de cité en Europe. La DS 5LS est conçue pour les marchés asiatiques, et sera d’ailleurs produite en Chine, à Shenzhen, aux côtés de la DS 5 classique, lancée fin septembre 2013. La DS 5 LS est un concentré de tous les codes qui plaisent aux Chinois. Aisés, bien entendu.

DS 5 LS (2)Rien n’est trop beau pour ces Chinois pleins d’argent et qui achètent des voitures à tour de bras, à faire complexer l’Europe économiquement vacillante. Citroën leur avait déjà réservé la primeur du concept car Metropolis, avant de le montrer en Europe. Il passe de la théorie à la pratique, en déclinant le privilège chinois à une voiture de série.

Sous ses airs de première de la classe un peu trop discrète, elle accumule quelques premières, la DS 5 LS ! La dernière née de la ligne DS est la première à se passer totalement de toute référence à Citroën. Point de double chevron à l’horizon, même bien caché. En Chine, DS est une marque à part entière qui a su marquer les esprits là-bas, en moins de temps qu’il n’en a fallu pour que Citroën s’installe durablement là-bas (1992) en y construisant des voitures spécifiques.

DS 5 LS (4)

Autre première : l’arrivée en série de la calandre étrennée sur les concepts Numéro 9 et Wild Rubis, appelée DS Wings, que Citroën tente de faire passer, dans sa vidéo, pour une réinterprétation du pare-chocs de la DS originelle. Celle-ci s’incruste dans les projecteurs par deux ailes chromées. Du chrome, c’est aussi ce qui permet de relier la DS 5 LS à la DS 5 « normale » : au lieu de dessiner une lame de sabre qui part des optiques avant vers le pare-brise sur la DS 5, cette signature part des vitres et s’étend jusqu’au coffre sur la LS. Une ligne qui permet de « tomber » sur les feux arrières 3D, inaugurés sur la DS3 Cabrio… que les Chinois n’ont pas.

DS 5 LS (1)

Cette DS 5 LS cède à la mode chinoise des imposantes berlines tricorps. Longue de 4,70 m (contre 4,53 pour la DS 5 classique), elle dispose d’un empattement particulièrement long (2,71 m). C’est d’ailleurs sur la longueur de cet empattement que les marques de luxe allemandes notamment se battent à coups de versions rallongées pour séduire les ultra-riches chinois. Dans le cas de la DS 5 LS, les sièges seront massants à l’avant, et la banquette arrière sera (très) inclinée, à 29 degrés. La sellerie cuir de type « bracelet » sera disponible.

DS 5 LS (3)Le chauffeur de Bao aura droit, outre un volant piqué à la DS 5 classique, au démarrage et à l’accès mains libres, à la surveillance des angles morts, à la caméra de recul, à l’écran tactile et au lecteur DVD. Sous le capot, rien que de l’essence, en THP 160 et 200 chevaux accouplés à une boîte automatique à six rapports. Point de version hybride à l’horizon. Dommage, avec un taux de motorisation galopant, cette technologie risque de vite devenir indispensable en Chine.

DS 5 LS (5)

En attendant, les Chinois auront droit à une troisième DS produite localement, à Shenzhen, courant 2014 : le SUV qui devrait s’inspirer du concept Wild Rubis. Un genre dont raffolent les Européens, qui, en premium, aiment aussi rouler en berlines classiques. La DS 5 LS a-t-elle une chance d’être européanisée ?

Une réflexion sur “DS 5LS : les Chinois ne l’appelleront pas Citroën

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s