EN IMAGES – Les concept cars Renault de la marguerite en lumière à l’expo Color Manifesto

Jusqu’au 19 janvier 2014, l’Atelier Renault, sur les Champs-Elysées, à Paris, brille des feux de Color Manifesto, une expo qui met en scène les concept-cars composant la « marguerite » chère à Laurens Van den Acker, qui matérialise la nouvelle stratégie de design de Renault. C’est une occasion unique de voir, sous le même toit, autant de concepts riches et de surcroît présentés dans un laps de temps aussi court.

Color Manifesto Renault

Il n’y a qu’au salon de Francfort qu’ont été dévoilés, ensemble, les six concept cars de la marguerite de Renault, dévoilés depuis 2010, pour baliser le nouveau design de la marque. Chaque modèle-pétale devant représenter une étape du cycle de la vie.

Renault réitère l’expérience à domicile, à l’Atelier Renault, sur les Champs-Elysées. La fête est quand même un peu moins belle qu’à Francfort : pas de Frendzy à Paris, tandis que la Dezir n’est qu’une simple maquette, certes à l’échelle 1, mais sans les détails qui lui donnent encore plus de sel. Dommage, car c’est sans doute l’un des plus beaux concept cars français qui ait jamais existé (avec la Citroën Activa 2 de 1990, ça n’engage que moi…).

Renault Captur

L’écrin choisi par Renault pour Color Manifesto devait correspondre à la philosophie de la « marguerite », qui rafraîchir le design de la marque, et lui redonner des couleurs. L’architecture lumineuse a été confiée à un artiste berlinois, Christopher Bauder, qui a imaginé un décor composé de 750 tubes à leds, faisant évoluer l’ambiance en permanence. Rien, en tout cas, qui ne gêne la « lecture » des concept cars, et de mieux cibler leurs points communs, dont des interprétations très personnelles et osées des sièges, et de la banquette arrière en particulier : cordages pour le Captur, cubes pour le R-Space, lamelles pour la dernière rangée de l’Initiale Paris.

Renault Initiale Paris (15)

Les ouvrants, eux, n’ont aucune chance de se retrouver en grande série : c’est ouvertures antagonistes et en élytres ou rien ! Quid encore des habitacles épurés ?

La dernière née  de la famille des concept cars Renault, l’Initiale Paris, est sans doute la plus déroutante du lot, avec le thème des structures métalliques croisées, que l’on retrouve sur les jantes, les plancher. En revanche, le pavillon représentant le plan de Paris vaut le détour, au moins autant que le mécanisme des ailettes sur le panneau de custode arrière. Plus conventionnel, le concept TwinRun a tout d’une préfiguration réaliste, malgré l’improbable moteur V6 de 320 chevaux implanté en position centrale arrière. Rafraîchissant, ce voyage dans le temps !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s