Alpine renaît en partenariat avec Caterham : le plus dur reste à faire

PAR BENOÎT FAUCONNIER

Renault et le groupe Caterham ont annoncé aujourd’hui leur partenariat pour produire des véhicules sportifs. In fine, c’est la renaissance d’Alpine, qui est maintenant sur les rails, dix-sept ans après la mort de la marque créée par Jean Rédélé. 

En unissant leurs forces, Renault et Caterham (dont la division automobiles produit la Seven) donnent le feu vert à la production de futurs véhicules sportifs, commercialisés sous les deux marques.

Chez Renault, le blason Alpine sera utilisé. D’ailleurs, le partenariat prévoit la création au 1er janvier 2013 d’une nouvelle société, Automobiles Alpine Caterham, issue de l’entrée du groupe Caterham à hauteur de 50 % dans le capital de la société des automobiles Alpine Renault, jusqu’alors détenue à 100 % par Renault.

Les esprits cocardiers regretteront que l’affaire ne soit pas bouclée par des acteurs 100 % français… mais le contexte industriel automobile ne permet plus de voir émerger des aventures à la Jean Rédélé.

Renault a avoué en quelque sorte ne pas être suffisamment costaud pour supporter seul les coûts de développement d’engins sportifs qui ne sont pas destinés à devenir des produits de masse. En clair, si Renault ne trouvait pas de partenaire, la renaissance d’Alpine serait encore une fois restée dans les cartons.

Si les Alpine Caterham seront développées en commun, elles seront bien distinctes, précisent les deux partenaires. Cocorico sur l’organisation industrielle du projet : les futurs voitures seront fabriquées à l’usine Alpine (on en dit plus Renault-Sport ?) de Dieppe (76).

C’est le berceau historique d’Alpine, bâti en 1969, toujours en activité, dont les trois cents salariés assemblent les Clio et Mégane Renault-Sport, outre la préparation de véhicules de compétitions. Une usine spécialisée dans les petites séries, qui va comme un gant à un projet comme celui d’Alpine Caterham.

Les premières voitures issues du partenariat seront lancées d’ici trois ou quatre ans. Sous quelle forme ? Côté français, pas mal de pares d’yeux se tournent vers le concept Renault DeZir, présenté en 2010 avec une chaîne de traction électrique, puis, plus récemment, l’A110-50, hommage à la Berlinette, mûe par un V6 de 400 chevaux.

En clair, le plus dur reste à faire. Une fois actée la décision de relancer Alpine, Renault est clairement attendu au tournant. Comment sera interprété et mis à profit l’héritage de Jean Rédélé ? La future Alpine doit-elle être une Berlinette remise au goût du jour, ou doit-elle s’en éloigner ? Quelle architecture ? Quels choix techniques ? Propulsion ? Moteurs atmo, turbo ?

L’association avec Caterham, et donc les exigences de chacun, devrait aboutir à un compromis clairement en faveur de la sportivité. D’autant que Carlos Tavarès, le directeur général délégué aux opérations de Renault, avait expliqué, pendant le Mondial, qu’il allait s’entourer de ceux qui ont vécu l’aventure Alpine première du nom pour s’assurer de la façon dont allait être géré l’héritage.

Croisons les doigts, et évacuons rapidement le mauvais souvenir de la fausse résurrection de la griffe Gordini, à coups d’accastillages sur des voitures de série parfois même gavées au mazout. Vite, vite, vite, on veut ramasser la copie !

à lire également :

Renault DeZir, tous les gènes d’une Alpine moderne, mais…
Rétro : Alpine A110, une quarantième symphonie tout en bleu
Renault Alpine A110-50, une quinqua nerveuse
VIDEO – L’Alpine A110-50 en mouvement
L’album photos de la concentration Alpine et Gordini 2012 à Croix-en-Ternois

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s