Ca ne va pas très Ford, à Genk et à Southampton

PAR BENOIT FAUCONNIER

Le marché automobile européen en berne aura des influences sur les capacités de production situées dans la même zone. Après PSA, qui a annoncé cet été la fermeture de l’usine d’Aulnay en 2014, Ford s’y met aussi. L’usine belge de Genk, puis celle de Southampton, en Grande-Bretagne, seront stoppées en 2013 et en 2014. Le géant américain fait une croix sur un total de 6.200 postes de travail.

Il y a quelques années, la grande cure d’amaigrissement des constructeurs américains, imposant la fermeture d’une vingtaine d’usines aux USA, était passée quasiment inaperçue, vue d’Europe.

L’Europe de l’Ouest est à son tour confronté à un retournement durable du marché (quasiment – 10 % chaque année), sans perspectives d’éclaircies à moyen terme. Alors les constructeurs « s’adaptent », dans leur jargon. Ceux qui souffrent le plus ferment des sites, pour concentrer les productions.

Cet été, PSA a annoncé un plan de restructuration prévoyant 8.000 suppressions de postes, et, comme événement emblématique, la fermeture à l’horizon 2014 de l’usine d’Aulnay-sous-Bois, qui fabrique la Citroën C3.

2013 et 2014 seront sans doute des années noires. Ford vient d’annoncer deux fermetures d’usines européennes : Genk, en Belgique (4.300 salariés), puis Southampton (500) en Grande-Bretagne. Dagenham, toujours en Grande-Bretagne,  perd l’emboutissage (900 personnes).

Avec les suppressions annoncées de 500 postes, par le biais de départs volontaires, Ford bloque son compteur à 6.200 salariés privés de boulot. Soit 13 % des effectifs de Ford en Europe.

Trois fermetures, c’est une réduction de 18 % des capacités de production de Ford en Europe (355 000 véhicules de moins), et des économies estimées entre 400 et 500 millions de dollars chaque année. En 2012, Ford devrait perdre 1,5 millard de dollars en Europe, et table sur les mêmes prévisions en 2013.

La saignée se poursuit, donc, en Belgique et en Grande-Bretagne. Les Belges ont déjà perdu l’usine Opel d’Anvers il y a deux ans. L’usine Ford de Genk (qui a construit 14 millions de véhicules en cinquante ans) comptait sur la production de la nouvelle Mondeo, qui lui avait été promise. La grande berline sera finalement fabriquée en Espagne, avec les Galaxy et S-Max. Il reste à la Belgique deux grandes usines automobiles : Volvo, à Gand, et Audi, à Bruxelles.

Quand l’usine Ford de Southampton sera fermée, en 2013, la production de Ford Transit sera délocalisée en Turquie.

Ailleurs en Europe, Opel a condamné son usine de Bochum, en Allemage, qui pourrait être fermée en 2016. La future Astra pourrait être produite en Grande-Bretagne. A qui le tour ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s