REPORTAGE – Deuxième vente aux enchères chez Heuliez : 175 000 euros contre la fin d’une époque

Le 7 octobre dernier, encore un peu plus de la mémoire matérielle d’Heuliez a été vendu aux enchères, trois mois après la dispersion controversée d’une quarantaine d’études de style issues de la collection de l’entreprise. Cette fois-ci, le carrossier s’est séparé d’un reliquat d’autos en sale état, mais aussi d’un fonds documentaire (photos, gouaches, dessins, prospectus), de maquettes et d’objets dérivés, surplus de ce qui reste enfermé dans les réserves. Ambiance, dans un hall d’usine transformé en éphémère salle de vente…

Vente aux enchères Heuliez le 7 octobre 2012 à Cerizay - Opel Tigra TwinTop

Les extérieurs d’un site industriel n’ont habituellement rien de glamour. Mais ce dimanche matin pluvieux, sur le parking où stationnent des épaves alignées, l’ambiance est carrément sinistre. Quelques Citroën XM cabossées, des Citroën Xantia break dégradées, des variantes de BX break défoncées. Un peu plus loin, c’est l’espace réservé aux Opel Tigra TwinTop plus ou moins complètes. Bienvenue à la vente aux enchères Heuliez !

Vente aux enchères Heuliez le 7 octobre 2012 à Cerizay

Parmi ce cimetière,  quelques raretés peinent à surnager. Deux prototypes potentiellement remarquables, mais visiblement laissés à l’abandon depuis un moment, meurent en silence : la Citroën BX monospace, à sept ou huit places, de 1985, traîne le cul par terre, l’échappement à même le sol. Déjà abîmée il y a deux ans, la carrosserie de cet engin qui n’a jamais quitté la confidentialité du bureau d’études, ne se remettra peut-être jamais d’un stockage à l’air libre.

La Renault 11 cabriolet, elle aussi projet resté sans suite, témoigne de ce que fût l’hyperactivité d’Heuliez dans les années 1980. Encore une épave.

Vente aux enchères Heuliez le 7 octobre 2012 à Cerizay - Prototype Renault 11 cabriolet

La plupart de ces autos ne sont bonnes que pour la pièce : sans numéro de frappe, sans plaque constructeur et sans carte grise voire sans clés, il ne faut compter que sur des organes mécaniques apparemment pas trop kilométrés. Et encore. Le temps a dû faire son oeuvre. Quelques Tigra peuvent encore faire valoir une présentation parfois acceptable. Mais les habitacles des Xantia sont tous sinistrés, sans exception.

Vente aux enchères Heuliez le 7 octobre 2012 à Cerizay

Dans le hall de l’usine transformé en salle de vente, d’autres autos habillent le pourtour et encerclent les chaises à disposition des enchérisseurs ou des curieux. Le spectacle y est moins affligeant. L’accueil est assuré par les carrioles, à gauche, et par une Visa cabriolet, à droite. Cette dernière a perdu des jantes alu depuis notre dernière rencontre il y a deux ans.

Plus de trace, en revanche, de deux véhicules annoncés en vente : une Citroën DS cabriolet à quatre portes à l’état d’épave, et un Simca Marmon. Deux véhicules inscrits aux enchères alors qu’Heuliez n’en était pas propriétaire. La DS était en réalité une berline classique découpée, mise à disposition d’Heuliez il y a quelques années par un Citroëniste invétéré pour recréer une voiture de démonstration telle qu’elle avait été étudiée à Cerizay.

Des protos, il n’en existe quasiment plus, exception faite des maquettes à l’échelle 1. A l’image de la PC2, petite CC avec un visage de Volkswagen Polo, ou encore ce qui aurait pu être la descendante de l’Opel Tigra TwinTop, à quatre places.  Le Renault Espace @Confort avec son aménagement arrière hyper luxueux, fait encore illusion.

Volkswagen PC2 Vente aux enchères Heuliez le 7 octobre 2012 à Cerizay - Volkswagen PC2

Parmi les raretés, citons encore une Citroën ZX tricorps étudiée pour la Chine, ou la Peugeot 206 CC Ciel Bleu, concept de 206 CC… avec un toit vitré. Depuis sa dernière présentation, il y a deux ans, dans ce qui aurait pu être un fabuleux conservatoire, elle avait encore ses jantes alu… perdues dans un stockage hasardeux. La voilà rhabillée de jantes de 14 pouces de 206 XS.

Peugeot 206 CC Ciel Bleu Vente aux enchères Heuliez le 7 octobre 2012 à Cerizay - Peugeot 206 CC Ciel Bleu

Elle est sur la même rangée que d’anciennes voitures de fonction de l’entreprise : une BMW 750iL V12, une Mercedes CL500, une Renault Avantime V6 ou encore une Mercedes SLK. Rien de comparable à l’ancien camping-car personnel d’Henri Heuliez, sur base Renault de 1953 !

Voilà pour la partie émergée de l’iceberg. Mais la vente, c’est aussi de l’automobilia : des objets et documents de collection qui doublonnaient voire plus, dans les réserves, selon l’expert mandaté pour organiser la vente. Des produits dérivés siglés Heuliez (vêtements, briquets, sacs, mugs) mais aussi des maquettes au 1/5e présentées au pied du podium, des dessins, des gouaches, des photos, des prospectus et autres documentations regroupées par dizaines, voire centaines.

Un bonheur de marchand, explique un collectionneur prêt à se positionner. Comme lui, faisons la queue pour retirer un numéro d’enchérisseur, contre deux pièces d’identité et un chèque en blanc signé.

Vente aux enchères Heuliez le 7 octobre 2012 à Cerizay - Maquettes 1/5e

Avant le premier coup de marteau, l’expert, Dominique Pagneux, se plaît à tâcler Artcurial, à qui a été confiée la vente précédente concernant une quarantaine de prototypes, début juillet, au Mans. « On a préféré la faire ici, à l’usine, lieu historique, plutôt que sur un circuit improbable… » Le déracinement n’en serait que moins douloureux ? La vente aux enchères étant une question d’opportunités, difficile de jauger l’attachement des acheteurs potentiels au lieu.

Sans prix de réserve, il y a peut-être des affaires à faire. Le souvenir du fiasco du Mans, en juillet, s’éloigne vite : les prospectus s’arrachent. « C’est trop cher par rapport à ce que ça peut valoir sur le marché. Car il y a un marché. C’est même écoeurant« , témoigne, lucide, André Le Roux, collectionneur de catalogues, qui a repéré dans la salle celui qui est, selon lui, le numéro 1 français du secteur.

Quelques coups de chaud gagnent certains lots : vingt-cinq photos Citroën adjugées 1.364 euros (frais et taxes de 23,92 % compris), soixante bristols liés à la SM Espace et à un projet de lifting pour la SM (1.177  euros) ou encore, parmi les documentations, un lot inédit de 372 catalogues Heuliez de CX break funéraire, pour 867 euros. « Des lots se vendent plus cher que les voitures que nous présenterons cet après-midi », s’étonne alors Dominique Pagneux.

Vente aux enchères Heuliez le 7 octobre 2012 à Cerizay - Citroën BX Monospace

Pas faux, sachant que ça s’enflamme aussi pour un foulard en soie à motif carriole, finalement vendu 2.724 euros. « Ce n’est pas la crise pour tout le monde », sourit, à la fois dépitée et agacée, une dame. Pour une centaine d’euros, il est possible de repartir avec des « tableaux », des photos ou des documentations, ultime souvenir arraché à Heuliez. La vanne sur un visuel de la Renault Supercinq de Brigitte Bardot ne fera pas décoller les enchères : « Le cuir de la voiture a bien vécu, le cuir de Brigitte a mal vécu ».

Certains ne s’embarrassent pas de sortir le carnet de chèques : le lot de quinze boutons dorés pour vêtements ou la maroquinerie sera vendu incomplet. Deux boutons ont été volés pendant l’exposition, la veille. « Deux boutons, c’est d’une mesquinerie totale », s’énerve Dominique Pagneux.

Vente aux enchères Heuliez le 7 octobre - Maquette Kia KCV3

La grosse interrogation tourne autour des objets plus encombrants : les voitures. Pas celles récupérables pour pièces, pour une bouchée de pain. Quid des maquettes en plâtre ? « A quoi ça peut servir ? » interroge un homme une rangée derrière moi. Avec un peu de recul sur l’aventure Heuliez, il est permis de les considérer comme des oeuvres d’art, sculptées par des designers et modélistes qui y ont passé un temps monstre. Mais c’est encombrant, c’est sûr.

Vente aux enchères Heuliez le 7 octobre 2012 à Cerizay - Maquette Edonis

La vente de la maquette Edonis, certes très dégradées, mais signée Marc Deschamps, bien connu des passionnés d’automobile, lève le doute : les maquettes ne valent rien aux yeux du public. Ce qui aurait pu être une supercar, Edonis, part pour 211 euros.  La maquette de conformité de la Tigra TwinTop en mousse solide est cédée 198 euros.  La PC2, unique, a trouvé preneur pour 248 euros.

Un « massacre » qui déclenche un conciliabule d’urgence réunissant deux membres de l’association Deux-Sèvres Auto Mémoire, qui a porté un projet de constitution d’un conservatoire Heuliez : il leur faut sauver une maquette et en faire un emblème. Ce sera l’évolution à quatre places de la Tigra TwinTop, enlevée à 248 euros. Vincent Dabin, le président de Deux-Sèvres Auto Mémoire, assimile cet achat à un hommage à Jean-Marc Guillez, l’ancien patron de France Design, qui a planché sur ce projet, présent dans la salle…

Vente aux enchères Heuliez le 7 octobre 2012 à Cerizay - Opel Tigra TwinTop II

L’usine résonne enfin d’applaudissements après la vente de l’incroyable pick-up Chevrolet SSR, à toit rétractable, en parfait état, pour 29.121 euros tous frais compris. Ce sera le record du jour, suivi de près par le camping-car d’Henri Heuliez, adjugé 27.262 euros tout compris. « J’espère que vous viendrez nous le montrer roulant », termine Dominique Pagneux, s’adressant à l’acquéreur.

La BX monospace est partie dans l’indifférence générale pour 1.301 euros, la R11 cabriolet pour 434 euros et l’Espace @Confort pour 2.478 euros. Belle résistance en revanche pour le « collector » Renault Avantime V6 de 2002 et 159.897 km, propre, adjugé 8.427 euros tout compris, ou encore l’UMM break incendie de l’usine, qui quittera définitivement les lieux contre un chèque de 6.568 euros.

Vente aux enchères Heuliez le 7 octobre 2012 à Cerizay - Citroën BX Monospace

Avant la mise en vente du dernier lot, Dominique Pagneux paraît triompher, annonçant au micro que la vente a rapporté, au marteau, 170.000 euros. A peine quelques grammes de beurre dans les épinards d’Heuliez.

Mais l’homme n’est pas au bout de ses surprises. Il encaisse la réclamation de visiteurs prêts à faire une offre sur un lot retiré de la vente, un 4X4 Tata Safari qui n’a pas trouvé preneur au prix de départ de 800 euros. Une offre tombe à 350 euros. C’est le prix de base d’une nouvelle enchère, alors que beaucoup font déjà la queue pour payer et récupérer leurs lots.

Vente aux enchères Heuliez le 7 octobre 2012 à Cerizay

L’irrationnel se produit : les enchères pour le Tata Safari montent, jusqu’à dépasser les 800 euros qui n’avaient initialement intéressé personne. Le Tata Safari est finalement vendu 1.487 euros. Même destinée pour une Xantia break, sans doute sauvée de la casse après une offre et une enchère de dernière minute. Ce qui a finalement fait grimper le curseur de la vente globale à 175.000 euros environ. Le malheur des uns fait toujours le bonheur des autres… Qui a gagné dans l’histoire ? Heuliez, ou les collectionneurs ?

5 réflexions sur “REPORTAGE – Deuxième vente aux enchères chez Heuliez : 175 000 euros contre la fin d’une époque

  1. Très beau et bon sujet mais triste résumé de ce que fut la fin d’Heuliez ! surtout quand on sait ce que sera d’ici peu le site de Cerizay et ses salariés. Dommage que je n’ai pas pu aller faire un tour à la vente pourtant à 40 km de chez mois . C’est grâce à ton travail que j’ai suivi tout le dossier 😉

    • Merci pour ton compliment. Derrière tout ça, il y a une sacrée aventure humaine et industrielle, trop méconnue, parce que dans l’ombre des « grands » constructeurs généralistes. On se rendra compte sur le tard de ce que pouvait représenter Heuliez, et sa collection.

  2. Bonjour, je suis l’acquéreur de la Renault 11 Cabriolet.

    Juste un petit mot pour vous dire que la voiture est actuellement en cours de rénovation dans le sud Deux-Sèvres, restauration visible sur le forum R9/R11 Club de France.

    Si vous avez des informations sur son historique n’hésitez pas à me contacter.

    Cordialement

  3. Pingback: EN IMAGES – A la découverte des six rescapées de la collection Heuliez au musée de Châtellerault | THIS IS NOT A METHOD

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s