REPORTAGE – Après la vente Heuliez, six voitures de la collection à l’abri au musée de Châtellerault

La vente aux enchères d’une grande partie de la collection Heuliez, organisée samedi, a matérialisé la dispersion de ce patrimoine unique. Un tour de table de quasi dernière minute a réuni des acteurs publics, qui ont pu préempter et acheter six voitures.

WM P88 Heuliez

Dès l’annonce de la vente aux enchères de la collection de prototypes Heuliez, l’association Deux-Sèvres auto mémoire avait tenté de convaincre les dirigeants de l’entreprise de Cerizay de faire machine arrière. L’association présidée par Vincent Dabin avait bataillé pour faire du patrimoine Heuliez un outil de développement touristique et de promotion des Deux-Sèvres.

Heuliez, à Cerizay

Les difficultés que connaît Heuliez, sauvé de la faillite il y a deux ans, en ont décidé autrement. A la préservation du patrimoine de l’usine, les dirigeants ont préféré l’injection d’argent frais, par une vente, pour soutenir la reconversion de l’entreprise et la préservation de l’emploi. Heuliez comptait sur ses bijoux de famille pour dégager environ un million d’euros.

Sans pouvoir peser sur le choix d’Heuliez, Deux-Sèvres auto mémoire a continué à alerter sur le sort de la collection… sans entraver le processus de vente. L’idée ? Tenter de réunir des partenaires publics ou privés, susceptibles de négocier le rachat global de la collection sans passer par la case « enchères ».

Conservatoire Heuliez (9)

Sans y parvenir, Deux Sèvres auto mémoire a joué la discrétion. « On a préféré se taire, on n’est pas là pour bouffer l’emploi… » commente Vincent Dabin. En clair, l’association n’a pas voulu jouer contre la vente pour que, à défaut, et sans autre solution possible, celle-ci ramène un maximum de fonds dans les caisses d’Heuliez pour atteindre l’objectif initial, à savoir la consolidation de l’activité à Cerizay.

C’était sans compter sur Emile Brégeon, ancien d’Heuliez devenu vice-président du conseil régional de Poitou-Charentes. « C’est lui qui a réussi à mettre du monde autour de la table« , salue Vincent Thibaudeau, qui s’est acharné à faire connaître le trésor Heuliez.

Conservatoire Heuliez (7)

Autour d’Emile Brégeon et de Deux Sèvres auto mémoire, la Région Poitou-Charentes, l’Etat, le conseil général de la Vienne et la communauté d’agglomération du pays chatelleraudais ont mis la main au porte-monnaie pour constituer une enveloppe de 80.000 € destinée au rachat de certains véhicules de la collection. La préemption de l’Etat, via la conservatrice du musée de Châtellerault, allait être une solution pour limiter la casse et la dispersion des voitures.

Verdict : six voitures rachetées à l’aide de ce mécanisme : la Peugeot VLV électrique, les Heuliez Raffica et Atlantic, la maquette de soufflerie d’une WM, la Citroën Scarabée d’or et la Peugeot 407 Macarena. Des voitures destinées au musée de Châtellerault.

Peugeot 407 Macarena Heuliez

« Par rapport à la passion qu’on peut avoir, si on fait le total, avec le peu de temps qu’on a eu, et l’entreprise qui a besoin d’argent, le compromis n’est pas si mal. On n’avait pas les moyens de réunir 1,5 million d’euros, décrit Emile Brégeon. En quinze jours, voire une semaine entre deux réunions, il fallait voir qui participait au financement, et qui pour sauver les véhicules. Tout le monde y a mis du sien. » Un vrai tour de force. Le département des Deux-Sèvres, lui, n’a pas donné suite.

La partie n’a pas été aisée, pour Emile Brégeon et ses acolytes. « C’était difficile de faire comprendre ce qu’étaient ces véhicules. Par les temps qui courent, on est regardés bizarrement, l’argent peut aller ailleurs. Mais on a réussi à convaincre qu’on n’est pas tombés sur la tête, et que 25.000 € pour la Région, ça ne déséquilibre pas un budget annuel. » Emile Brégeon a bénéficié d’un soutien de poids, en l’occurrence celui de la présidente de Région, Ségolène Royal.

Heuliez Raffica (2)

Pour quel résultat ? « On est positif, c’est bien !« , assure Vincent Dabin, plutôt satisfait que la démarche ait pu aboutir. « D’autres voitures ont été achetées par des Deux-Sévriens et vont rester dans le secteur. Ca en fait une dizaine au total« , compte Vincent Dabin, qui reste déçu par les résultats de la vente, qui rapportera à Heuliez environ 600 000 €.

« D’abord, j’aurais préféré que la collection soit conservée. Mais j’étais partagé aussi avec le souhait que la vente marche, pour aider Heuliez. Là, ça prouve que Franços de Gaillard (le PDG d’Heuliez) a eu tort. » Les 600 000 € maximum ramenés à Cerizay ?  « C’est une petite catastrophe sur le montant« , estime Vincent Dabin.

André Leroux, Vincent Thibaudeau et Vincent Dabin

Pour Vincent Thibaudeau, ex-ange gardien de la collection et de ce qui aurait pu être un fabuleux conservatoire, la décpetion est immense, et la pilule difficile à avaler. « Le truc qui m’inquiète, c’est que certaines voitures sont parties vraiment pas cher. Est-ce que des voitures vendues pas cher, les gens vont en prendre soin ? »

« C’est un vrai gâchis, analyse Vincent Thibaudeau. Chaque voiture seule ne vaut pas grand chose. C’est l’ensemble de la collection qui a de a valeur, et une cohérence. On avait les premières carrioles, jusqu’à la Macarena, le dernier prototype. C’était le dernier petit constructeur qui existait, le dernier endroit où on avait une usine à taille humaine. Avec un petit conservatoire comme ça, on pouvait aller très loin, on pouvait avoir une osmose, un truc pédagogique… » L’idée n’ira pas jusqu’à son terme.

Heuliez Stars & Stripes

« Je suis un eu déçu pour François de Gaillard« , concède Vincent Thibaudeau. « C’est la dispersion bradée d’un patrimoine ecceptionnel. On vient de perdre un bout de patrimoine. Mais on aura un bel espace consacré à Heuliez au musée de Châtellerault. On pourra peut-être mettre des photos, qui avaient été exposées au musée d’Agesci à Niort. Il faut voir le côté positif« , termine Vincent Dabin, pour qui l’aventure Deux Sèvres auto mémoire continue… amputée d’une belle partie de ce qui était son moteur.

5 réflexions sur “REPORTAGE – Après la vente Heuliez, six voitures de la collection à l’abri au musée de Châtellerault

  1. Bravo Benoît pour l’intérêt que tu as manifesté,des le début pour faire connaître cette collection et grâce à tes photos , le conservatoire Heuliez au complet sera visible pour encore pas mal de temps ….. Vincent Thibaudeau

    • A l’origine, il y a une poignée de fous passionnés qui ont su faire comprendre la valeur, le caractère exceptionnel et l’originalité de cette collection. C’est à vous que doivent être adressés les remerciements, pour avoir mis en lumière ces autos. Si le conservatoire n’existe plus, on y pensera encore un peu en regardant ces photos.

  2. Par pure coïncidence, je suis à la recherche d’une voiture de la course du mans (un proto des années 60) que j’avais pu admirer à Châtellerault il y a longtemps. Je suis entré en contact avec la conservatrice et voilà ce qu’elle vient de me répondre.

    Bonjour,

    Merci pour vos félicitations : une partie des 6 véhicules devrait être visibles dès la fin de la semaine prochaine.

    Pour votre oiseau bleu : je pense qu’il s’agit d’un des nombruex véhicules qui ont transité par le musée à l’époque du comte de Lassée (musée privé). Nous n’avons actuellement aucun véhicule qui corresponde à votre description et nous n’avons pas la liste des véhicules qui sont passés par le musée avant 1991.

    Je ne peux être plus précise.

    Au plaisir de vous voir dans les salles du musée

    Sophie BREGEAUD-ROMAND
    Conservatrice des Musées du Pays Châtelleraudais
    05 49 21 03 46

    N’hésitez pas de faire un saut à ce musée châtelleraudais. Il vaut bien une pause sur l’A10. Sortie Nord, direction Poitiers et dès le bvd d’Estrées, prendre à gauche vers le centre et c’est en face dans les anciens bâtiments de la manufacture d’armes.

  3. Pingback: EN IMAGES – A la découverte des six rescapées de la collection Heuliez au musée de Châtellerault | THIS IS NOT A METHOD

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s