En direct du salon de Genève : quoi de neuf parmi les concept cars ?

PAR BENOÎT FAUCONNIER

Un salon sans concept cars, c’est un peu comme une bande dessinée sans dessins. Il manquerait l’essentiel. Les défricheurs de tendance que sont les prototypes, terme injustement délaissé, démontrent la vitalité des constructeurs. Mais en période de vaches maigres, ce sont les premières victimes des cost killers. Cette année, à Genève, les concepts ont été plutôt rares.

► Lamborghini joue la carte de l’indécence avec l’Aventador J. Même si la puissance (700 chevaux) n’égale pas celle de la Ferrari F12, les sensations seront exceptionnelles, puisque les deux occupants évolueront cheveux au vent. Pas de pare-brise, pas de toit… Ca permet de gagner du poids. L’Aventador J restera un concept car, particulièrement brutal.

► Chez Land Rover, on joue avec les carrosseries : l’Evoque, le petit 4X4 qui cartonne, déjà disponible en berline et Coupé, s’offre une variante cabriolet. L’engin est carrément frime. Un tout-terrain cabriolet, est-ce vraiment raisonnable ? Le crossing de carrosseries n’a plus de limite. A côté, le concept DC100, qui cherche la voie à donner au replacement du Defender, paraît tout fade. Pas simple, de trouver une succession à un mythe !

Un mythe, j’espère que le concept EXP 9F, de Bentley, n’en deviendra jamais un. C’est le troll du salon de Genève cette année. Ce 4X4 à moteur V12 de 600 chevaux est le Range Rover de l’ultra-riche, celui qui va rendre malades les magnats russes ou les stars du rap US. Bling bling, tape à l’oeil, au design outrancier (regardez ces feux avants ! et ces jantes de 23 pouces), il ne peut pas être sorti des mêmes planches à dessin que la Continental GTC. Ce truc immonde a la grâce d’un cachalot. Et ce n’est pas le nécessaire à pique-nique qui me fera me pâmer devant tant de mauvais goût.

► Grosse patate chez Toyota, qui expose pas moins de quatre études de style. Mais une seule exclu suisse. C’est la FT BH, à la tronche de poisson mou, une compacte de moins de 4 m, ultra légère au moteur hybride essence bicylindre.

Les trois autres concept Toyota ont déjà été montrés à Détroit et à Tokyo. Dont la Diji, qui a changé de nom, mais qui reste une auto « communicante ». L’homme et la machine, puis la machine et son environnement sont connectés. La carrosserie peut être habillée d’images contenues dans des applications multimedia embarquées.  Le flocage publicitaire a un bel avenir… et la manifestation des humeurs du conducteur aussi.

La NS4, déjà présentée à Détroit, fait office d’étude de style, et préfigure une berline hybride plug in qui intègrerait la gamme à l’horizon 2015. 2015, c’est aussi l’année au cours de laquelle Toyota pense commercialiser une voiture à hydrogène. Le concept FCV-R, sorte de grosse Prius remodelée et un peu lourdingue, pas vraiment élégante, sert de base technique.

► Chez Suzuki, la G70 est une compacte ultra légère dont le moteur essence se contenterait d’émettre 70 gr de CO2. Les roues arrières en partie carénées, la peinture bicolore et les feux arrières doubles renvoient à quelques références stylistiques du passé : neo rétro power !

► Volkswagen ressort son joli Cross Coupé, berline surélevée qui donne un sacré coup de vieux au Tiguan. Cette fois-ci, l’association de deux moteurs électriques et d’un moteur TDI de 190 chevaux, combinés à un système plug in rechargeable, lui autoriseraient une consommation moyenne de 1,8 l/100 km. Le design, très réaliste, à l’intérieur comme à l’extérieur, donne quelques clés sur les orientations à venir du constructeur allemand.

► Chevrolet fait sensation, en proposant en première européenne deux réinterprétations des pony cars, des petites sportives abordables dont raffolaient les jeunes américains dans les années 1960. Une démarche qui va un peu à contre-courant de la tendance actuelle qui viserait à museler les jeunes chiens fous.

Les Code 130 R (la rouge) et Tru 140 S (la blanche), déjà vues à Détroit, sont équipées d’un moteur essence de 1364 cm3 et 150 chevaux, suffisant pour se faire plaisir si le poids est maîtrisé. Dans la forme, ont trouve deux coupés : un trois volumes (le Code 130 R) à propulsion qui rappelle la BMW Série 1 Coupé,  et un trois portes à hayon (Tru 140 S) à traction avant. Des concepts pas révolutionnaires,  mais rafraîchissants, avec des recettes éprouvées.

► Mazda joue les effets d’annonce, pour une première européenne, avec sa Takeri, berline classique et très élégante, qui préfigure la future Mazda 6.

► Nissan donne aussi rendez-vous au public, avec l’Invitation, concept de monospace qui annonce l’arrivée d’un véhicule de série de moyenne gamme pour 2013. Le Qashqai et le Juke étaient sortis des sentiers battus. L’Invitation rentre dans le rang… mais éclipse quand même tout projet de berline classique pour affronter frontalement les Golf, Mégane et Astra.

► Dans le monde des supersportives, on se prend à rêver d’un comparatif qui mettrait aux prises trois splendides concept cars : l’Infiniti Emerg-e, la Lexus LF-LC, et la Honda NSX Concept.

La première et un coupé de grand tourisme très ramassé, long de 4,46 m. Sous une robe splendide, se cache une chaîne de traction électrique à prolongateur d’autonomie. Un moteur trois cylindre 1.2 de 47 chevaux, qui n’entraîne pas les roues, est chargé de recharger les batteries lorsque celles-ci sont vides. Ce sont les batteries qui alimentent deux moteurs électriques. Selon Infiniti, la puissance cumulée atteint 402 chevaux. L’autonomie en mode zéro émission serait de l’ordre de 48 km, alors que l’autonomie totale, une fois les batteries et le réservoir d’essence de trente litres épuisés, tournerait autour de 480 km.

Le design suggère évidemment des prétentions sportives. Le 0 à 100 km/h pourrait être abattu en quatre secondes. En revanche, ça s’essouffle largement au-delà puisque trente secondes seraient nécessaires pour passer de 0 à 200 km/h. C’est déjà pas mal, mais les supersportives thermiques font mieux.

Face à cette beauté du diable, la Lexus LF-LC, qui annonce (depuis le salon de Détroit), notamment au niveau de la grille de calandre, le design des futures Lexus. Ce coupé 2+2 au regard bien particulier (les courbes s’entremêlent avec un peu de lourdeur) est un porte-drapeau de l’hybridation à hautes performances.  C’est l’oeuvre d’un studio californien, chargé par Lexus de défricher de nouvelles tendances de design. La LF-LC ne devrait toutefois pas être traduite en série sous cette forme.

En revanche, la Honda NSX Concept annonce le retour, sept ans après sa disparition, le celle qui fût une icône japonaise des années 1990, parce que capable de tenir la dragée haute à une Ferrari. Entre le Concept et son aînée aucun indice ne permet d’établir une filiation plus ou moins directe. On se souvient des NSX rouges… Le Concept est plus discret, dans une robe gris foncé, déjà aperçue à Détroit (sous la patronyme Acura), qui fait aussi penser à la Mc Laren MP4-12C. La NSX Concept reprend un moteur V6, assisté de deux moteurs électriques, et une transmission intégrale.

► Pour clore ce chapitre dédié aux concept cars, attardons-nous enfin sur Mia, le petit franco-allemand, qui a sorti de son nouveau centre de style de Cerizay (Deux-Sèvres) le concept Rox. Basé sur la Mia L électrique de 3,19 m produite en série, la Rox joue les baroudeuses extraverties, façon Mini Moke ou Citroën Mehari. La bonne petite estivale à tout faire, à bâcher et à débâcher, aux allures de Buggy, même !

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s