En direct du salon de Genève : quoi de neuf dans le haut de gamme ?

PAR BENOÎT FAUCONNIER

Qui dit Genève, dit Suisse, dit… luxe et pognon. Ce n’est pas faux, quand on voit (admire ?) le parc automobile dans les rues de Genève. Globalement, le luxe est toujours bien représenté au salon de Genève.

► L’apparition d’une nouvelle Ferrari, c’est toujours un grand moment d’émotion. La nouvelle F12 berlinetta, qui remplace la 599, devrait déchaîner les passions. Souci : si la technologie est absolument impressionnante, avec un V12 de 740 chevaux, le style est lourdaud à l’arrière. Mais bon, la légende continue… sans la finesse d’une 456 GT.

► Il va y avoir du grabuge chez les compactes premium. Audi présente la nouvelle A3. C’est propre, bien fait, assez classe, mais sans aucune montée d’adrénaline au moment de déballer le paquet cadeau. On se retrouve face à une sorte de gros restylage, même si ce n’est pas le cas. La calandre dupliquée d’une Audi à l’autre, les optiques avant au design identique de l’A1 à l’A8, ça risque de finir par lasser, même si les chiffres de vente me donnent tort. Prise de risque zéro pour la nouvelle A3. A l’intérieur, en revanche, ça bouge. La planche de bord paraît plus dépouillée que celle de l’A1, notamment à cause de l’absence de console centrale.

► Face à la nouvelle Audi A3, la nouvelle Mercedes Classe A, qui tourne définitivement le dos au petit monospace. C’est une petite révolution dans la gamme du constructeur, pas vraiment dans le segment. La Classe A reprend tous les ingrédients qui ont fait le succès des compactes premium : allure racée, relevée cette fois-ci du pli de carrosserie qui fait le caractère du monospace Classe B. On retrouve l’influence du grand frère dans l’habitacle de la petite dernière, avec les aérateurs ronds et l’écran multimedia façon tablette tactile. Quelque chose le dit qu’ils ont les nerfs, chez BMW…

► Mercedes renouvelle sa gamme par le bas, et à l’autre extrémité, on découvre en première européenne la nouvelle SL. La cabriolet de luxe évolue en style (discutable), et en technologie : les moteurs sont moins gourmands, et le poids général de l’auto est abaissé. Il n’empêche : je regrette toujours le splendide SL de 1989…

► Comme si l’arrivée des Classe A et A3 ne suffisait pas, il faudra à mon sens compter aussi, dans la catégorie, avec la nouvelle Volvo V40. D’ailleurs, l’air de ressemblance avec la Mercedes est flagrant à l’avant. Question design, la V40 a son mot à dire, avec la lunette arrière au design si particulier. Plus berline que break, la V40 ira gaillardement affronter ses copines allemandes, avec une offre moteurs en partie décalée, avec trois moteurs à cinq cylindres.

► Un break chez Jaguar ? La X-Type s’y était essayée. La marque anglaise remet le couvert avec la XF Sportbrake, pour qui la XF berline à hayon n’était visiblement pas assez pratique. La XF gagne en élégance, mais perd en caractère.

► Du côté des sportives, on retrouve avec bonheur la nouvelle Porsche Boxster. A l’image de ce qui se pratique chez Audi, Porsche ne prend pas l’habitude de bouleverser son design. La nouvelle bébé Porsche grandit, s’embourgeoise, mais exhale toujours ce petit parfum de plaisir égoïste. Même si, avec le temps, on a de plus en plus l’impression que la nouvelle Boxster (et la Cayman) reprennent les rôles autrefois dévolus à la 911, qui n’en finit plus de monter en gamme. Quoi qu’il en soit, la nouvelle Boxster, avec sa capote en toile, progresse dans tous les domaines : plus légère, plus puissante et plus sobre. Plus chère aussi, hélas. Mais encore plus craquante ! Le petit aileron qui relie les feux arrière, c’est le petit détail qui tue.

► Chez BMW, outre les version M550… Diesel des X6 et Série 5, il faut s’attarder sur la Série 6 Gran Coupé. Un coupé quatre places et quatre portes (le premier chez BMW), ça ne sert à rien… sinon à lancer un poignard sur la malle arrière de la Série 7, ou à ne pas laisser un boulevard à Mercedes, qui vient de lancer sa deuxième génération de CLS. Comme sur la concurrente à l’étoile, on retient une ligne fine, mais une accessibilité médiocre.

► Cadillac, enfin, court irrémédiablement après la concurrence allemande en lançant son ATS aux trousses des Classe C, Série 3 et A4. Pour qui aime le design toujours décalé des Cadillac récentes. La ressemblance avec la CTS laisse forcément sur sa faim.

► L’attaque des clones, ça se passe chez Subaru et Toyota. Les deux mêmes voitures, sous deux blasons différents, pour attaquer le créneau des coupés sportifs. Elle s’appelle BRZ chez Subaru, et GT86 chez Toyota, où l’on met en exergue la filiation avec la Toyota 2000 GT de 1968. Cet engin à la bonne bouille est équipé d’un moteur boxer (spécialité Subaru) placé à l’avant, de deux litres et 200 chevaux.  Pas de transmission intégrale au programme. Dans l’habitacle, on retrouve un design qui s’inspire fortement de Porsche. La qualité des matériaux, en revanche…

A voir aussi, l’album photo du salon de Genève 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s