ESSAI – Nissan Qashqai 1.6 dCi 130, du muscle pour garder la forme

Si une auto pouvait prétendre à un quelconque culte de la personnalité, chez Nissan, ce serait à coup sûr le Qashqai. Arrivé en 2007, il a ouvert une brèche et aiguisé l’appétit de la concurrence dans le segment des crossover, tout en donnant le sourire aux dirigeants de Nissan, qui ne se lassent pas de parler de succès. Un million de Qashqai ont été produits en quatre ans, dont plus de 100 000 vendus en France.

Nissan Qashqai 1.6 dci 130 (1)

Après l’arrivée de la version +2, et le restylage de 2010, point de répit. Le Qashqai est maintenant disponible avec le tout nouveau moteur 1.6 dCi de 130 chevaux partagé avec Renault.

En voulant manger à plusieurs rateliers, un coup chez les compactes, un coup chez les monospaces, le Qashqai a oublié de faire régime. Entre le valeureux mais un peu court 1.5 dCi de 110 chevaux, et le 2.0 dCi de 150 chevaux, point de salut pour qui veut alimenter son crossover fétiche au gazole.

Nissan Qashqai 1.6 dci 130 (2)

L’arrivée du 1.6 dCi 130 comble donc un vide, pense-t-on, et ne remplace en théorie aucun autre bloc. Mais comme Nissan a pris l’habitude d’aller là où on ne l’attend pas, il a préféré rebattre les cartes de la gamme diesel, en faisant du 1.6 son haut de gamme, et en condamnant le 2.0 à faire de la figuration, sur le marché français tout du moins, puisqu’il reste disponible uniquement associé à la boîte automatique et à la transmission intégrale Allmode.

Il faut dire que le 2.0 dCi 150 avait le mauvais goût d’être « malussé » à hauteur de 750 euros, et de plomber la moyenne des émissions de CO2 de la marque. Or, le cousin, Renault, a réussi à le rendre écologiquement plus fréquentable sous le capot du Koleos, lui rendant une virginité fiscale, avec 148 gr.

Le nouveau venu, lui, moins gros de 400 cm3 et moins puissant de vingt chevaux, reste également exempt de malus, mais dans des proportions plus importantes. Il « tombe » à 119 gr.

Nissan Qashqai 1.6 dci 130 (9)

L’essentiel se passe donc sous le capot (à lever sans l’aide de vérins), où règne un sacré fouillis. Le nouveau bloc de 1598 cm3 développe 130 chevaux. Suffisant pour déplacer les 1600 kilos du Qashqai en mode « père de famille tranquille ».
Un moteur doux, qui se réveille au-delà de 1 800 tr/mn. Une paresse forcément accentué sur le Qashqai +2, plus lourd d’une centaine de kilos que son homologue à cinq places.

Passé ce cap, le Qashqai ne rechigne pas à grimper, sans broncher, jusqu’à plus de 4000 tr/mn. Pas de quoi faire vibrer des chronos, mais largement suffisant pour ne pas se traîner derrière les poids lourds, et ne pas verser de larmichette en abordant le moindre faux plat autoroutier. Ca rappelle, sur ce coup, le 2.0 dCi, qui offrait lui aussi un couple de 320 Nm.

La boîte à six vitesses remplit son office, sans agrément ni défaut particulier, si ce n’est un étagement étonnant : les quatrième et cinquième rapports paraissent exagérément allongés tandis que le sixième, lui, n’oblige pas à autant de rétrogradages.

Nissan Qashqai 1.6 dci 130 (4)

Rien qui ne nuise à la douceur de fonctionnement, en tout cas. Le système Stop&Start est du même tonneau. Doux et discret. Il sera disponible en série en février 2012 (la facture sera modérément alourdie, selon Nissan, à ce moment-là). La faute au séisme au Japon, qui impacte toujours la production du fournisseur, Hitachi.

D’ici février, le 1.6 dCi se passera de Stop&Start, et affiche des rejets en CO2 de l’ordre de 129 grammes, contre 119 à son homologue silencieux aux feux rouges (en version deux roues motrices). Un bon « score », identique à celui du Renault Grand Scénic équipé du même moteur. Avec le Stop&Start, Nissan annonce des rejets inférieurs de 24 % à ceux du désormais ex-Qashqai 2.0 dCi 150 à boîte manuelle.

Nissan Qashqai 1.6 dci 130 (10)

Les chiffres obtenus sont sensiblement équivalents à ceux du Qashqai 1.5 dCi 110, nettement moins alerte. Le gain en performances et en sobriété par rapport au dCi 110 se monnaye 1950 euros, à niveau de finition égal, ce qui n’a rien de négligeable. En revanche, le dCi 130 est moins cher de 200 euros seulement que le dCi 150 qu’il remplace.

La montée en gamme s’accompagne d’un redécoupage de l’offre : le Qashqai 1.6 dCi va jalousement garder pour lui les finitions hautes Connect Edition et Tekna. Le 1.5 dCi ne sera plus disponible qu’avec les niveaux Visia et Acenta.
Pour goûter à la finition Tekna, la plus complète avec intérieur cuir, feux au xénon, système de naviagtion Connect avec écran tactile, caméra de recul et toit panoramique en verre,fixe, il faudra systématiquement opter pour le 1.6 dCi 130.

Nissan Qashqai 1.6 dci 130 (12)

Même dans cette configuration, affichée 29 050 euros, le Qashqai reste bien placé quant au rapport prix/équipements. La finition et la présentation intérieures soufflent toujours le chaud et le froid. Le design intérieur n’a pas vieilli, mais plusieurs détails manquent de cachet.

Dont le matériau de la casquette du combiné d’instrumentation, le plastique des commandes de vitres électriques, celui des poignées de tirage de porte, qui sonne très creux, le vilain câble entre la garniture de pavillon et le rétroviseur intérieur, ou encore cet immonde pommeau de levier de vitesse peint.

Cachez donc ces affreuses vis apparentes, à hauteur des pare-soleil à l’avant ! Un Peugeot 3008, moins bien équipé à tarif équivalent, paraîtra toujours plus raffiné.

Nissan Qashqai 1.6 dci 130 (6)

Le système de démarrage sans clé n’est pas le plus simple d’utilisation. La gestuelle ressemble à celle nécessaire au démarrage avec clé : il faut tourner un bouton sous le volant, à l’emplacement de l’ex-clé de contact, puis appuyer sur le bouton Start. La coupure du contact demande la manipulation inverse, à laquelle s’ajoute une pichenette sur un loquet. Le mains libres de Renault est plus simple.

Les rangements peu nombreux, et le manque d’aspects pratiques (absence de stores latéraux, d’ouies d’aération à l’arrière) laissent le Qashqai en retrait des monospaces aguerris. Il conserve la position de conduite haute, mais très proche de celle d’une berline. Un accoudoir central coulissant héberge une prise USB. La capacité du coffre et l’habitabilité font elles aussi le pont entre les berlines et les monospaces compacts.

Nissan Qashqai 1.6 dci 130 (5)

L’allongement du Qashqai +2 (21 cm, pour atteindre 4,53 m) profite à la longueur de chargement, mais la hauteur est amputée par les deux strapontins repliables encastrés dans le plancher. L’insonorisation arrière du +2 semble d’ailleurs très légère. Les projections d’eau dans les passages de roues étant très sonores.

Dommage, car le confort général du Qashqai est plutôt bien maîtrisé. Les suspensions offrent un compromis confort/tenue de route satisfaisant. L’affaire n’était pourtant pas gagnée d’avance, avec les jantes de 18 pouces optionnelles sur les véhicules d’essai. Un compromis moins probant sur le Qashqai +2 que sur le Qashqai classique, plus agile, et finalement plus en phase avec le look relativement dynamique, cohérent et plaisant, qui a fait en partie le succès de la version à cinq places.

Le bilan : la greffe du 1.6 dCi 130 a bien pris sur le Qashqai. Il ne lui donne pas des ailes, mais participe à l’amélioration de l’agrément de conduite par rapport au dCi 110, tout en soignant le niveau de consommation. Pour bénéficier de tous les raffinements de ce nouveau moteur, comme le Stop&Start, il faudra attendre février 2012. Dommage que le gain à l’achat, par rapport au 2.0 dCi, soit si faible. Il sera même nul quand sera installé le Stop&Start, étape qui grèvera un tarif, encore bien placé par rapport à la concurrence. Malgré le succès, le Qashqai ne devient pas prétentieux. Sa finition inégale ne le lui permettrait pas.

Nissan Qashqai +2 Tekna 1.6 dCi 130

  • 30 050 euros (sans Stop&Start)
  • 1.598 cm3
  • 130 chevaux
  • Emissions de CO2 : 133 grammes
  • Boîte manuelle à six vitesses
  • Vitesse maxi : 189 km/h
  • O à 100 km/h : 10,9 sec.

Equipement de série :

  • Toit panoramique en verre fixe
  • Feux au xénon
  • Sellerie cuir
  • Système de navigation Connect
  • Caméra de recul
  • Jantes alu (17 pouces)
  • Démarrage sans clé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s