ESSAI – Smoby Bubble Go balade, c’est d’la bombe, bébé !

Le plastique, c’est fantastique, paraît-il. Raison de plus pour un essai insolite, au volant de la Smoby Bubble Go balade. Un engin qui détonne dans la catégorie des « trotteurs », avec sa ligne moderne et son équipement hyper complet, et son tarif coquet. On a connu pire, pour initier un bébé aux joies des promenades en cabriolet.

A l’image d’une Mercedes ou d’une BMW forcément noire, ou gris foncé, les trotteurs sont frappés du syndrome des couleurs quasiment imposées : jaune, rouge, bleu ciel, blanc… Faut que ça flashe. La Smoby Bubble Go balade se différencie déjà sur ce point, en affichant des coloris plutôt discrets : gris, orange, et vert clair. De quoi mettre en valeur les lignes rondouillardes, et enveloppantes. Un effet accentué par l’arceau repliable, très design, flanqué de ses deux rétroviseurs ajourés, qui vient épouser les lignes courbées du capot avant.

Ce n’est pas le moindre des raffinements de la Smoby Bubble Go Balade, résolument haut de gamme. Le siège est muni d’un dossier inclinable, rare à ce niveau de gamme, et d’un appuie-tête fixe. Un rangement refermable est situé sur le capot. Les feux avant ne sont pas de bêtes autocollants. Il y en a, certes, mais ils sont recouverts d’une glace transparente du plus bel effet.

Autant de détails qui nécessitent, avant de prendre la route pour la première fois, un temps de montage conséquent : Smoby annonce 1 h 15 avec un tournevis cruciforme, et une pièce de deux euros. Les papas bricolos du dimanche aux poches remplies de biftons de 20 boules auront bien l’air con !

1 h 15 de montage, ce n’est pas trop. Mieux vaut avoir des doigts minces et longs pour loger les vis permettant d’attacher le spoiler avant, qui fait office de système anti-bascule. Il y a de quoi, aussi perdre son sang froid au moment de clipser le couvercle du rangement sur le capot. Couvercle qui ne ferme pas complètement, et laisse un jour désagréable à l’oeil. Dommage, car la qualité de finition reste d’un excellent niveau.

Heureusement, vu le tarif pratiqué (mais on s’en fout, il y a les grands-parents pour raquer)… expliqué en partie, sans doute, par le fait que la Smoby Bubble Go Balade fait figure d’exception dans le paysage des jouets : elle est fabriquée en France.

D’ailleurs, la Smoby fait son poids. Gage de stabilité sur route, certes, mais il faudra, pour bébé, redoubler d’effort quand sera venu le moment de pousser sur ses gambettes et ses baskets taille 21.  Car ce n’est pas la moindre de ses qualités, la Smoby est évolutive, et peut, d’après le constructeur, accompagner bébé de six mois jusqu’à… très tard.

La canne, fournie en série, permet à un adulte de pousser le trotteur. L’arceau repliable permet de juguler les envies d’évasion du petit monstre. Les deux repose-pieds permettent, à un âge théorique de huit mois, de jouer sur l’équilibre. Ces deux « patins », comme la canne, et l’arceau, sont amovibles. A douze mois, bébé peut être autonome. Pour libérer le volant, il suffit de tourner la vis cachée sous le klaxon. Un jeu.. d’enfant.

Sur la route, le confort reste ferme, et les roues en plastique restent bruyantes. Elles auraient gagné un revêtement plus caoutchouteux. Le coffre, situé sous le siège, permet de loger facilement un biberon, quelques couches, un petit pot aux légumes. Utile pour une virée improvisée, avec le doudou, lui aussi livré en série et qui peut regarder la route depuis le rangement sous le capot.

Un tableau de bord sonore et lumineux, amovible, avec miroir, complète la panoplie. Amovible, c’est bien vu, parce que les petites boules qui sautillent sur route dégradée, ça devient vite pénible.

 

Passons sur les rétros, qui renvoient une image assez floue (pour ce que les bébés s’en servent, on s’en fout un peu), mais qui ont l’avantage de compléter la panoplie sécuritaire, avec la ceinture de sécurité amovible. Un peu plus futile, le téléphone mobile fourni également de série, dans un rangement situé devant le siège. Seules la sellerie cuir et les jantes alu manquent à l’appel.

Le bilan : avec sa ligne avantageuse, une configuration évolutive  et un équipement ultra-complet, la Smoby Bubble Go Balade est la référence du segment des trotteurs. Son poids élevé se justifie par une qualité de finition plutôt bonne. Heureusement, car le tarif est élevé. L’investissement vaut le coup, car la Smoby Bubble Go Balade peut vite devenir un collector : c’est un des rares trotteurs du marché fabriqués en France. Une espèce en voie de disparition totale ? 

 

Smoby Bubble Go Balade

  • 89,90 €
  • Vitesse maxi : ça dépend de la patate du parent pousseur et de l’énergie du bébé trotteur
Equipement de série
  • Arceau, repose-pieds, tableau de bord amovibles
  • Deux rétroviseurs
  • Dossier de siège inclinable
  • Ceintures de sécurité
  • Coffre sous le siège et rangement sous le capot avant
  • Volant à quatre branches avec klaxon
  • Doudou et téléphone

Une réflexion sur “ESSAI – Smoby Bubble Go balade, c’est d’la bombe, bébé !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s