RETRO – Facel Véga, pour que perdure l’automobile française de sport et de prestige

PAR PIERRE HUGONNAUD

Jean Clément Daninos voit le jour à Paris, le 2 décembre 1906. En 1928, il intègre les usines Citroën et prend la responsabilité de l’élaboration des carrosseries en acier, avec le célèbre coupé Traction. En 1935, il rejoint la firme aéronautique Morane Saulnier. Il conçoit le chasseur 405 aux nervures d’ailes en acier inoxydable soudées électriquement par points. En 1939 et fort de son expérience, il fonde l’entreprise Forges et Ateliers de Construction d’Eure et Loire (Facel)…

En 1941, Jean Daninos quitte la France pour les Etats-Unis. Il participe activement à l’effort de guerre avec les alliés au sein de la Général Aircraft Equipement. En 1945, il reprend la direction des ateliers de Dreux et de Courbevoie. Facel participe à l’élaboration de certains modèles Panhard, Simca, Ford ou encore Vespa. En 1951, Jean-Daninos collabore à la conception des dix-sept fameuses Bentley Cresta, (ancêtre de la Continental) avec le célèbre Pininfarina. Désormais, la société Facel/Métallon est reconnue pour son savoir faire et le luxe de ses réalisations. Jean Daninos décède à Cannes en 2001.

Née sous une bonne étoile

Dès 1952, Jean Daninos lance le chantier d’un luxueux coupé 2+2. Parce qu’aucune marque française ne peut répondre à ses attentes, Il se tourne alors vers les Etats-Unis pour trouver un moteur puissant et performant. Chrysler lui propose son fameux V8 de l’époque. A l’automne de la même année, le prototype donne entière satisfaction et il fut décidé de lancer sa production.

Début 1953, la Facel-Métallon fut scindée en deux sociétés distinctes : Facel SA et Métallon SA. C’est également le moment de baptiser cette automobile. Alpha Lyrae, plus connue sous le nom de Véga, est l’étoile la plus brillante de la constellation de la Lyre mais aussi le symbole de la puissance et du prestige. C’est parce qu’elle fut photographiée pour la première fois le 17 juillet 1950 que Pierre Daninos, journaliste et écrivain, suggère ce nom à son frère Jean. La Véga 1, construite par Facel, fut présentée à la presse en 1954 et au public au salon de l’automobile d’octobre. En septembre 1955, la FV2 inaugura la nouvelle marque Facel Véga.

Une française à l’allure très british  

En ce début des années 1950, le prestige des marques comme Delage, Delahaye ne repose plus que sur une gloire déchue. Là où des carrossiers tels que Figoni, Franay ou encore Saoutchick, s’obstinent à habiller de lourds châssis obsolètes destinés à un marché très limité, Facel Véga s’engouffre dans la brèche de la voiture luxueuse, séduisante, puissante et moderne.

Durant dix années, de nombreux modèles différents mais toujours dans le luxe sortiront des ateliers de Jean-Daninos : la FV et FV1 en 1954/1955, la FV2 et la FV2B (1955/1956), la FV3 et FV3B (1956/1958), la FV4 ou FVS (1957/1958), la HK 500 (1958/1961) équipée d’un Chrysler V8 d’une cylindrée de 5,9 litres, l’Excellence (1958/1964; notre photo ci-dessus, un modèle 1963), la Facel II (1961/1964) et la Facellia (1960/1963). Cette dernière était destinée à un public moins argenté avec son moteur 4 cylindres élaboré par la marque elle-même (photo ci-dessous).

Par manque de fiabilité celui-ci dut être remplacé, sous la garantie du constructeur, par le moteur de la P1800 de chez Volvo ; elle prit alors le nom de Facel III ou de Facel 6 avec le six cylindres de l’Austin-Healey 3000. La Facel II bénéficiait d’un V8 Chrysler de 6,3 litres ; elle est encore considérée aujourd’hui, comme l’une des plus belles réalisations du monde automobile français.

Les usines Facel Véga fermèrent leurs portes pour raisons financières en octobre 1964. Elles ont produit pas moins de trois mille véhicules en dix ans. Ils étaient équipés d’un châssis rigide composé de tubes d’acier soudés. La suspension avant était indépendante et l’arrière à essieu rigide. Ces voitures possédaient une boite à quatre rapports synchronisés Pont-à-Mousson ou une boîte automatique Chrysler. Avec un moteur V8, la vitesse pouvait atteindre les 200 km/h. Sa calandre avant restera le signe de reconnaissance de toutes les Véga. Enfin son intérieur, avec un formidable tableau de bord en ronce de noyer, était habillé de cuir.

La voitures des célébrités

Certaines personnalités du monde de la politique, du spectacle ou des sports avaient amoureusement opté pour la marque Facel Véga : Hassan II du Maroc, le shah d’Iran, le prince Charles de Belgique, Robert Gallimard, Albert Camus, Louis Malle, François Truffaut, Darry Cowl, Tony Curtis, Dean Martin, Jean Marais, Ava Gardner, Maurice Trintignant, Ringo Starr…

La FV1, en 1955, coûtait à l’achat près de 2 900 000 anciens francs, alors qu’une Renault Dauphine valait 554 000 anciens francs. Sur le marché de la collection, sa côte reste élevée et peut atteindre plus de 50 000 € pour une FV4 de 1957 en état concours. Les photos de cette magnifique Facel III de couleur rouge, équipée du 4 cylindres Volvo, ont été réalisées par Cathy Blanc. Cette automobile a appartenu à Jacques Mitterand, le frère cadet du défunt président.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s