RETRO – La Ford T, l’automobile pour tous

PAR PIERRE HUGONNAUD

Henry Ford (1863-1947) est un américain dont les origines paternelles sont irlandaises. Docteur en ingénierie diplômé de l’université du Michigan, il conçoit en solitaire un quadricycle avec un moteur à essence de 4CV à Détroit en 1896. Notre surdoué en mécanique ne manque pas d’idées, ce sont les financements qui lui font défaut. Il débute sa carrière de constructeur automobiles par deux faillites retentissantes à tout juste 38 ans…

Henry Ford fonde en 1899 la Détroit Automobile Company, qui fermera au bout d’une année. Et la Henry Ford Company, qui meurt au bout de trois mois en 1901. Son passif s’élève alors à 86.000 dollars de l’époque, une somme colossale. Avec l’appui d’Alexander Y.Malcomson, un gros négociant en charbon, d’un banquier de Détroit, John S. Gray, des frères Horace, et John Dodge, il fonde la Ford Motor Company en 1903.

Le Model A, un bicylindre de 8CV, sort de l’usine en 1904. Puis c’est le C, le B et le N à 4 cylindres. Mais Henry Ford ne possède qu’un quart du capital, et il n’est que le chef du bureau d’études. Il est donc obligé d’en passer par les caprices de Malcomson, qui lui fait concevoir le Model K en 1906. C’est une imposante et prétentieuse voiture propulsée par un 6 cylindres, vendue 2.500 dollars. Et comme l’avait prédit Ford, c’est un échec cuisant.

Une légende automobile à l’échelon planétaire

A partir d’octobre 1906, alors qu’il détient maintenant 59% des actions de la Ford Motor Company, Henry Ford décide de créer un nouveau concept. Il va combattre l’automobile objet de luxe pour la remplacer par la voiture pour tous. La première Ford T quitte l’usine de Piquette Avenue, à Détroit, le 1er octobre 1908.

Cette fois-ci, il a vu juste ! La T va combler un vide durant dix-neuf ans, jusqu’au 26 mai 1927. De la torpédo au coupé, du roadster à la berline, de la commerciale au pick-up, avec quatorze modèles différents, ce sont 16 482 040 exemplaires qui seront construits de par le monde.

Laurel & Hardy ont donné du fil à retordre à la Ford T.

Au lendemain du premier conflit mondial, la Ford T équipe un ménage américain sur deux, parmi ceux qui possèdent une voiture. Bien plus qu’une légende, la Ford T est l’automobile du XXe siècle. C’est aussi l’emblème d’une l’ère industrielle et des nouvelles technologies de fabrication. Son prix est de 850 dollars en 1909. En 1927, le pick-up se vendait 381 dollars.

Contrairement à ce que prétend la légende, ce sont quatre de ses employés, et non Ford lui-même, qui, lors d’une visite dans un abattoir de Chicago, lui rapportèrent la manière dont les animaux sont débités. Désormais, l’homme qui installera l’écrou ne sera plus celui qui le serre. C’est le début de la fabrication à la chaîne avec le déplacement du produit, et non celui de l’ouvrier.

En 1914, Henry Ford abaisse ainsi le temps d’assemblage de la voiture de 12 heures à 1 h 30. La production augmente et les prix diminuent chaque année. La millionnième  T passe les grilles de l’usine de Highland Park le 10 décembre 1915. La dix millionnième sortira le 24 juin 1924.

Le 31 octobre 1925, 9 109 exemplaires sont construits en vingt-quatre heures. La voiture se croise dans toutes les régions de la planète. Henri Depasse possédera la première agence Ford en France. Il assemble la T dans ses ateliers bordelais, et il possède une vitrine à Neuilly-sur-Seine, où elle s’affiche au prix de 4900 AF.

Indestructible, c’est la bonne à tout faire de fer blanc

C’est une mécanique classique pour l’époque, avec un monobloc de 4 cylindres de 2892 cm3, soupapes latérales, et alimenté par gravité, le tout pour une vitesse maxi de 75 km/h. Ce moteur équipera le premier tracteur Fordson, avec une puissance supérieure, dès 1917. Son châssis repose sur deux longerons. La transmission est à trains de pignons épicycloïdaux. Trois pédales sont présentes sur le plancher : la gauche enclenche les deux premiers rapports, le point mort se trouvant à mi-course. Celle du milieu commande la marche arrière. Quant au frein de transmission, il est commandé par celle de droite. L’accélérateur est placé sur le volant.

En 1915, les phares à acétylène sont remplacés par le tout électrique. La Ford T est l’ancêtre du tout terrain, avec sa judicieuse garde au sol élevée. Avec une puissance de 20 cv à 1800 tr/mn, alimenté par un carburateur Holley et une magnéto, son poids est de 800 kg, sa longueur de 3,99 m, sa largeur de 1,652 m, sa hauteur de 1,92 m. Enfin avec un empattement de 2,54 m, elle fut la Tin Lizzie de l’Amérique de ce début de XXe siècle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s