Dany Boon perd le Nord avec la Peugeot 407 de Bienvenue chez les Chtis

PAR BENOÎT FAUCONNIER

Allons, rêvons un peu… Laissons-nous porter par une douce euphorie. Lovons-nous dans les bras du Septième-Art. Attardons-nous sur le cas de « Bienvenue chez les Chtis ». Ne perdons pas de temps en blabla inutile sur l’énorme succès qu’a connu cette comédie de Dany Boon, sortie début 2008, ni sur un énième débat visant à trancher sur le fait que ce succès soit mérité, ou non. Ca, c’est le job des intellectuels. Ici, le boulot consiste à repérer quelle voiture crève plus ou moins l’écran. Allez, c’est cadeau, la seule auto qui sort du lot, outre quelques voitures jaunes de la Poste, c’est une Peugeot 407.

Cette Peugeot 407, c’est celle de Philippe Abrams (Kad Merad), directeur de l’Poste de Salon-de-Provence, din l’sud, qui, après avoir loupé une nomination à Cassis, tente d’arnaquer sa direction pour obtenir une mutation près de l’mer. Il se fait passer pour une personne à mobilité réduite. Le subterfuge ne passe pas, et Abrams est envoyé, en guise de sanction, à la tête de la Poste de Bergues, dans le Nord. Un drame, vu les clichés et préjugés qui touchent le Nord – Pas-de-Calais.

Il est accueilli à Bergues par Antoine Bailleul (Dany Boon), et les employés du bureau de poste, du genre sympas, et se laisse charmer par le coin, et les images d’Epinal volent en éclat. Sauf que Julie, l’épouse d’Abrams (Zoé Félix), dépressive et casse-couilles sur les bords (elle n’a pas voulu venir vivre dans le Nord, la conne), est persuadée que son homme vit un enfer. Pour ne pas la contrarier (elle est dépressive et chiante, on l’a dit), il cache sa bonne acclimatation dans le Nord et finir par mentir à sa connasse.

Dany Boon a écrit une comédie sympathique, pleine de bons sentiments. C’est indéniable. Mais il a été boubourse sur un point. Ou plutôt deux. D’une part, faire parler ch’ti Line Renaud, qui n’a plus pratiqué les « a » écrasés depuis quelques décennies, et tenter de donner un accent à la très jolie Anne Marivin (qui fait de beaux efforts), ça sonne faux. Plus grave et impardonnable : on voit que plusieurs Peugeot 407 ont été utilisées pendant le tournage.

« Mais à quoi voit-on ça ? » demanderez-vous… On y arrive. Au générique de début, on voit Philippe, Julie et Raphaël Abrams quitter Cassis par une jolie route longeant la côte dans une 407 bleue équipée de jantes en tôles avec enjoliveurs en plastique. Une 407 Confort Pack. Comme la voiture est filmée d’assez loin, ça crève pas les yeux, comme ça, mais je vous assure que c’est le cas.

Aux alentours de la quatrième minute du film, Philippe Abrams se rend à la direction régionale de la Poste (ci-dessous), toujours au volant d’une 407 bleue, mais équipée de jantes alu à cinq branches (celles de la finition Premium).

Regardez bien le dessin des roues, et tenez de le mémoriser. Car à la dix-neuvième minutes, Philippe Abrams, sur le chemin qui le mène vers le Nord, se fait arrêter sur l’autoroute par deux motards de la gendarmerie pour vitesse insuffisante (50 km/h). Regardez-bien maintenant, ci-dessous, le dessin des roues de la 407 : ce ne sont plus les jantes alu à cinq branches, mais des enjoliveurs en plastique à sept branches.

Abrams n’est pas verbalisé, on est contents pour lui, et il se pointe, en soirée et sous la flotte, à Bergues. C’est là qu’il percute Antoine Bailleul, vêtu de son K-Way rouge, qui n’a pas eu d’autre idée que de se poster devant la première bagnole immatriculée dans les Bouches-du-Rhône passant par Bergues.

Sauf que la 407, vous allez me dire qu’en théorie, c’est la même que celle avec laquelle Abrams s’est fait contrôler sur l’autoroute. Eh bien non. Abrams arrive à Bergues avec une 407 équipée de jantes alu à cinq branches.

Entre cette scène à Bergues, et celle sur l’autoroute, à 1 h 13′, dans laquelle Abrams envoie sa voiture sur la barrière de sécurité (seul prétexte trouvé pour ne pas emmener Julie, qui a enfin accepté de monter dans le Nord… faut être un peu con), tout est raccord : la 407 de Bergues et celle accidentée dans le sud sont équipées des mêmes jantes.

Mais le doute m’habite : sont-ce des jantes alu de même diamètre ? La 407 a eu droit à des jantes au design identique, mais disponibles en 16 ou 17 pouces, selon la motorisation (1.6 HDI ou 2.0 HDI notamment). Je suis quasiment certain que la 407 qui cogne Antoine Bailleul à Bergues est équipée en 16 pouces.

Et que celle au volant de laquelle la famille Abrams quitte Bergues, à la fin du film (ci-dessous), est montée en 17 pouces. Enfin, c’est un détail. Pas de quoi braire, hein ?

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s