Bentley Continental GTC, la papa-mobile la plus classe du monde

PAR BENOIT FAUCONNIER

C’est la question existentielle qui taraude tous les néo-papas, ou papas en devenir, au moment de réaliser que la poussette de compétition, elle est vraiment énorme, et que les sièges bébé, c’est fou ce qu’ils sont devenus encombrants. Et le plus ou moins jeune futur adulte responsable de faire cent fois le tour de la question.

Faut-il ou non céder à la tentation d’une papa-mobile ? Sacrifier la ligne pour quelques centimètres de plus en hauteur ou en largeur ? Se convertir définitivement au placide turbo-diesel ? Délester la pédale de droite de la godasse de plomb, au profit du roule-pépère ? Oublier et ranger au fond d’une boîte, stockée à la cave, la doc du petit roadster biplace, qui rejoindra inévitablement dans ces bas fonds quelques bouquins coquins et de vieux tracts anars ?

Et si on tentait de pactiser avec le diable, en se choisissant un Peugeot 3008 Premium Pack ou un Renault Scenic Dynamique fignolé aux petits oignons, pas sans les jantes alu de 17 pouces, histoire de se dire que, hein faut pas sombrer non plus dans l’utilitaire sans âme. Le Livre des pères formidables pour être le meilleur dans tous les domaines déculpabilise tout prétendant au bien-être familial, notion subitement devenue prioritaire. Et aborde la question automobile page 146.

Cette bible du papa de compétition invite chacun à… rêver. Et van dans la gueule. Pour les auteurs, le véhicule familial s’apparente ni plus ni moins à un cauchemar. La voiture idéale du papa, d’après le bouquin ? Il y en a plusieurs. Dont celles… qui n’ont pas de place à l’arrière : Ferrari Enzo, Mercedes SLR, Lamborghini Murcielago, Aston Martin Vantage, Porsche Carrera GT, Pagani Zonda F, TVR Tuscan S, Lotus Exige 240 R, Fort GT et, exception, Hummer H2. C’est vrai que ça le fait un peu mieux que la Clio Estate pour faire tourner la tête de la maman de Louise à la sortie de l’école, qui remonte dans son Audi A4 Avant.

Du beau linge, certes. Mais tout papa qui a visité le Mondial de l’Automobile, et qui a pu s’approcher du stand Bentley, voire y pénétrer, s’est retrouvé face à un réel bonheur : la Continental GTC 51 Series. Cabriolet, bien sûr.

Sculptural. Raffiné. Horriblement onéreux. Mais avec le détail qui tue : à l’arrière de ce cabriolet deux portes, un siège bébé spécialement conçu par Bentley, qui rejoint sa ligne d’accessoires exclusifs. Le cuir du siège bébé est assorti à celui de l’habitacle du bijou. Le dossier est siglé du B ailé de Bentley. Chez Bentley, ils ont une conception du déplacement en famille franchement exaltant. Le prix du siège bébé ? Probablement indécent. Qui oserait se fournir chez Aubert pour donner des airs de familiale à sa Bentley cabriolet, au risque d’offrir à la vue des manants un habitacle dépareillé ? Je vous pose la question.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s