La DS4, divine assassine de Citroën C4 ?

PAR BENOÎT FAUCONNIER

Non content d’être devenu l’un des constructeurs les plus surprenants, Citroën entend également, suite logique, exceller dans l’art du contrepied. Ce n’était pas une surprise (!), la DS4 allait être dévoilée fin août, après un teaser de luxe en la carcasse de la DS High Rider, exposée en Genève.

Citroën a mené tout le monde par le bout du capot, avec ce coupé racé quoiqu’un peu surélevé. Tout ça pour aboutir, en série, à une DS4 qui conserve la physionomie générale de la DS High Rider, tout en abandonnant sa caractéristique principale : de coupé, la DS4 n’a plus rien.

Le profil de la DS High Rider, initialement percé d’une longue portière, en comprend désormais deux sur la DS4. Une à l’avant, une à l’arrière. Comme une simple berline. Oui, mais non. Selon Citroën, il ne s’agit pas de portes arrières, mais de « portes dérobées« , que les designers ont tenté de rendre invisibles.

La courbe inférieure se fond dans le galbe de l’aile arrière. Et la poignée migre à hauteur d’homme, fondue dans le noir brillant du montant. Des portes « dérobées », c’est ce qu’ont utilisé Seat, pour la Leon, et Alfa Romeo, pour les 147 et Giulietta, notamment, pour consolider l’allure sportive de ces deux autos.

Si la porte dérobée fait son petit effet, la poupe sculptée et inclinée rend l’ensemble très dynamique, poussé vers l’avant. Du plus bel effet. La hauteur de caisse importante renforce cette classe suggérée. Dommage que la DS4 n’ait pas conservé le croisement des vitres latérales et du dessin de la lunette arrière.

La DS4, ainsi parée, gomme en grande partie la lourdeur de l’arrière de sa petite soeur C4 II, pas encore commercialisée. La concurrence étant déjà rude sur ce segment, ce n’était peut-être pas la peine d’ajouter une séductrice de plus, provenant de la même famille, qui plus est !

Il faudra une grille tarifaire suffisamment costaude, chez la DS4, pour dissuader plus d’une famille en quête de distinction. Allié de la C4 II pour une utilisation familiale, le coffre de la DS4 : moins volumineux et moins facile d’accès. Ce ne sera pas du côté des motorisations que la partie se jouera. La DS4 en comptera cinq : trois essence (VTI 120, THP 155 et 200 chevaux) et deux diesel (1.6 HDI 110 et 2.0 HDI 160). Tous sont jumelés à une boîte six vitesses. En revanche, le pare-brise panoramique sera, lui, une arme de séduction massive.

La DS4 sera présentée, comme sa petite soeur C4, au Mondial de l’Automobile, à Paris, du 2 au 17 octobre. Pour une commercialisation attendue au deuxième trimestre 2011.

PHOTOS CITROËN

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s