Nouvelle Citroën C4, l’évolution douce

PAR BENOÎT FAUCONNIER

Serait-ce parce que le concept DS High Rider et la nouvelle C3 ont défriché le terrain en mars dernier à Genève ? L’arrivée de la nouvelle Citroën C4 provoque un peu tout, sauf l’effet de surprise.

Le regard perçant, à n’en pas douter, c’est bien celui de la DS High Rider. L’arrière et ses feux en bommerang, c’est une évolution de celui de la C3. CQFD. Prenez une cellule centrale des plus classiques et vous obtenez une compacte qui ne renouvelle pas le genre.

La vidéo de la nouvelle C4 est visible en cliquant sur l’image ci-dessous.

Une remise à jour bien moins spectaculaire que ne fut celle de la C5, par exemple. La C4 première du nom était déjà originale et réussie. La nouvelle mouture capitalise, sur des codes stylistiques maintenant éprouvés depuis 2007.

Si l’architecture reste classique (4.33 m de longueur, trois de plus qu’une Mégane), Citroën tente de se démarquer par une montée en gamme qui commence à l’intérieur. Le tableau de bord est celui dévoilé récemment sur le concept High Rider : plein de petits boutons (quid de l’ergonomie ?) et un dessin qui rappelle le cousin Peugeot 3008 et donc, par extension, un peu Audi.

Le volant perd sa spécificité. Il n’est plus à moyeu fixe, mais héberge toujours une quantité impressionnante de commandes. Adieu aussi l’afficheur central translucide, et le bloc d’instrumentation en demi-lune sur la colonne de direction.

Pas de surprises, en revanche, sous le capot nervuré : trois blocs à essence (1.4 95 chevaux, 1.6 120 chevaux à boîte manuelle ou automatique, disponible en GPL, et 1.6 THP 155 chevaux). En diesel, le 1.6 HDI  en coeur de gamme (90 et 110 chevaux) ou 2.0 150 chevaux.

L’alibi « écolo », c’est la création deux deux versions « e-HDI » en 90 et 110 chevaux, couplant une boîte manuelle pilotée (BMP6) et le système Stop&Start, qui coupe le moteur en cas d’arrêt prolongé. Un système que Citroën baptise toujours honteusement « Micro-hybride ».

Un odieux coup marketing visant sans doute à se raccrocher au wagon « vert ». D’autant qu’en matière d’émissions de C02, il n’y a pas de quoi se taper le cul par terre : 119 g pour la version 1.6 HDI 110 classique, contre 109 avec celle munie du Stop&Start. Citroën promet des émissions qui arriveront à 99 gr, mais pas au lancement. Les nouveaux pneus Michelin participent à l’effort de guerre, et permettraient de gagner, d’après Citroën, 5 gr de C02 aux 100 km.

Question équipements, Citroën ne se limite pas au parfumeur d’ambiance pour justifier sa « Creative technologie ». La C4 II aura droit à la surveillance d’angle mort, la détection d’espace de stationnement, un limiteur-régulateur de vitesse programmable, un nouveau système audio avec spatialisation du son (que Renault aussi tente de vendre comme tel avec ses combinés Arkamys 3D), des sièges à réglages lombaires électriques avec fonction massante, et des réglages individuels inédits : sons polyphoniques, couleurs d’ambiance, débit de climatisation).

Autant de raffinements qui, cumulés, ne devraient pas être accessibles à moins de 25.000 euros l’engin. Enfin, Citroën remet également au goût du jour un système d’appels d’urgence et d’assistance localisée, 24 h sur 24 et 7 jours sur 7, grâce à une carte SIM intégrée : il s’agit d’un système nommé e-Touch.

La nouvelle C4 devrait logiquement être présentée au Mondial de l’automobile, à Paris, en octobre prochain. Probablement en même temps que la DS4 définitive, variante « distinctive » haut de gamme » à l’image de ce que la DS3 est à la C3.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s