EN IMAGES – Le musée de l’Aventure Peugeot, à Sochaux, continue de grandir

Peugeot est le seul des trois derniers grands constructeurs automobile français, à disposer de son propre musée. Citroën et Renault, eux, préfèrent toujours la forme du conservatoire, fermé au public. La formule choisie par Peugeot est payante. Plus de vingt ans après son ouverture, le musée doit grandir.

L'Aventure Peugeot

Le musée L’Aventure Peugeot a vu le jour, en 1988, près de l’usine de Sochaux. Six ans après que Pierre Peugeot, président du conseil de surveillance de  PSA, créé l’association L’Aventure Peugeot, chargée de collecter, conserver et mettre en valeur le patrimoine de la société… et de la famille.

Inauguré en juillet 1988, et agrandi en 2000, l’Aventure Peugeot est encore à l’étroit dans ses locaux sochaliens. Une extension de 1.500 m2 est en cours d’aménagement, et sera inaugurée le 15 mai. Les espaces d’exposition seront réorganisés (sauf pour la partie « ancienne » concernant les origines), et les mètres carrés supplémentaires permettront aussi de montrer davantage de voitures, qui dorment actuellement dans les réserves situées à l’usine d’Hérimoncourt, elle aussi située dans le Doubs.

Pour l’heure, une centaine de voitures sont exposées à Sochaux, alors que l’Aventure dispose d’un total de quatre cent cinquante engins…

A l’Aventure Peugeot, il n’y a pas que des autombiles. Conformément à l’histoire de la marque, les objets estampillés Peugeot, des origines, en 1810 et la création de la société Peugeot Frères, à nos jours, y sont exposés : les scies, les ressorts, les outillages. Mais aussi les moulins à café, à poivre, les ciseaux à bois, les compas, les clés à écrous, les haches, produits à Hérimoncourt depuis 1833.

Peugeot, c’est aussi la farication de machines à coudre à partir de 1867, sous l’ère de C. Peugeot et compagnie, fondée par Constant Peugeot en 1830 à Audincourt. Peugeot Frères, de son côté, fabrique aussi des buscs de corset, et des cages de crinoline. Avant de produire son premier cycle, le Grand-bi, à l’usine de Beaulieu, en 1882.

En 1897, Armand Peugeot créé la Société des automobiles Peugeot, sept ans après avoir produit sa première voiture à moteur à pétrole, la Type 2, en quatre exemplaires. La Société Les Fils de Peugeot Frères se met aussi à l’automobile. Les deux sociétés se réunissent en 1910, et deviennent Automobiles et Cycles Peugeot.

Tous les objets ayant marqué l’évolution des activités de Peugeot se trouvent à Sochaux. Jusqu’aux cycles et motos Peugeot, ainsi que le lave-vaisselle, produit de 1969 à 1975.

Voilà pour la partie émergée de l’iceberg. Derrière les espaces sous les projecteurs, l’atelier de restauration produit son lot de petits miracles. Tôliers, selliers, ébénistes et mécaniciens spécialisés entretiennent ou restaurent les voitures. Un espace interdit au public, petite fourmilière qui assure dans l’ombre la pérennité de l’histoire Peugeot, qui attire chaque année environ 100.000 visiteurs.

Un petit tour du musée, de l’atelier et des extérieurs plutôt bien fréquentés, en images, en diaporama, ou avec la galerie…

Inauguration des extensions du musée L’Aventure Peugeot le 15 mai.

Accès, tarifs et autres renseignements sur www.musee-peugeot.com

A lire, sur le même thème :

Le musée Saab sauvé, les voitures ne seront pas éparpillées
Le Conservatoire Citroën, la fabuleuse ode à Javel
Pour veiller sur l’histoire de l’usine de Poissy, la CAAPY fait de la résistance
L’incroyable collection Heuliez sortie de son sommeil

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s