En direct du salon de Genève : portes ouvertes sur la voiture 2.0

PAR BENOIT FAUCONNIER

Mi mannequin mi institutrice. La jolie blonde qui vante les mérites de la F800, sur le stand Mercedes, n’y va pas par quatre chemins. L’étude posée à ses pieds, capable d’accueillir deux solutions techniques différentes (la pile à combustible, ou une formule hybride) représente, selon elle, la « voiture 2.0 ». « Deux point zéro » ? Ce qui revient à dire que l’automobile vit son premier changement d’ère, une évolution majeure, voire même une révolution ? Oui et non.

En plus d’un siècle d’histoire, l’automobile en a vécu des dizaines, d’époques : les pionniers, la course à la performance, la production en grande série, la mondialisation des marchés, l’épopée du design, la rationalisation, les disparitions de marques…

En moins de deux ans, la crise économique et l’urgence environnementale ont eu un effet boule de neige pour ouvrir la voie à une inédite période de paradoxes : il a fallu investir, innover, imaginer, en maîtrisant les coûts. Jubilatoire 80e salon de Genève, donc, où l’heure n’est plus vraiment à la sinistrose.

La planche de salut, ce sont les perspectives technologiques, désormais ancrées comme jamais chez tous les constructeurs.

A Genève, en 2010, pas un constructeur n’a fait l’impasse sur ce que sera l’auto moins polluante de demain. Les monstres sacrés (Ferrari, Mercedes, BMW, Porsche) comme les émergents (le Chinois BYD, l’Indien Tata) et les généralistes (Renault, VW, Honda, Opel) ont tous dans leurs cartons une alternative au traditionnel moteur à explosion : l’hybride, rechargeable ou pas, le tout-électrique, ou la voie du moteur thermique « d’appoint » qui sert de groupe électrogène.

Voilà les trois solutions qui devraient seconder les gammes « thermiques », sans s’y substituer totalement. Mais à quel prix ?

Les nouvelles technologies montrées en masse à Genève ne vont pas dans le sens d’une baisse des prix de vente aux clients. D’autant que la plupart des concepts présentés visent à convaincre le chaland en lui prouvant que l’alternative au thermique n’est ni ennuyeux, mais, au contraire, peut être performant. D’où l’avalanche d’autos certes alléchantes, mais assez éloignées de la production de masse, à bas prix.

Honda aussi se penche sur la mobilité urbaine avec les EV-N et 3RC

C’est sur ce terrain que le tout thermique tire son épingle du jeu. Et par extension, le marché de l’auto low cost, qui grandira encore et fera même office de valeur refuge face à de nouvelles voitures écologiquement plus vertueuses, mais dont la technologie naissante deviendra vite, par la force des choses, obsolète, et donc ruineuse au final. Alors, urgent d’attendre, ou pas ?

Les nouveaux pionniers de l’automobile « deux point zéro » sont encore légion, même si la crise n’a pas encore fini son travail d’élagage de branches mortes ou malades. Dans la jungle genevoise, plus qu’ailleurs, il y a du concret, du virtuel, du rêve, des doutes, de l’extravagant. De l’automobile, tout simplement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s