L’incroyable tour de passe-passe qui met Heuliez dans l’impasse

PAR BENOÎT FAUCONNIER

Apaisement de courte durée chez Heuliez. Après avoir été placé en cessation de paiement au printemps 2009, puis repris en juillet par Bernard Krief Consulting, le constructeur est toujours dans la tourmente. Le ministre de l’Industrie, Christian Estrosi, a confirmé qu’un « plan B » à la reprise du constructeur-carrossier-équipementier des Deux-Sèvres par BKC, était à l’étude.

En cause : le montage qui a prévalu au sauvetage d’Heuliez se révèle aujourd’hui bancal. Lequel prévoyait, dans le capital d’Heuliez, une participation du conseil régional de Poitou-Charentes à hauteur de 5 millions d’euros, le versement de 16 millions de Bernard Krief Consulting, abondé d’un versement de 10 millions du Fonds stratégique industriel (FSI) créé il y a un an. Cette dernière participation était conditionnée à l’injection de cash par BKC dans le capital.

Citroën ZX Vent d'Ouest, au Mondial de l'Automobile 1994

Or, BKC, spécialisé dans la reprise d’entreprises en difficultés, n’a apporté qu’un million d’euros. Les quinze millions restants ne sont en réalité qu’un titre de créance : c’est-à-dire un document prouvant que cette somme est bien dûe à l’entreprise… mais qu’elle est aux abonnés absents.

Le FSI a fait savoir que tant que les quinze millions promis par BKC ne seraient pas versés, il ne fallait pas compter sur les dix millions supplémentaires. Ce qui signifie qu’à court terme, c’est l’assèchement de trésorerie qui guette Heuliez, engagé dans la production et la commercialisation d’un véhicule électrique, la Friendly, dont les premiers exemplaires doivent être livrés en octobre 2010.

Comment en est-on arrivé à ce tour de passe-passe de la part de Bernard Krief Consulting ? L’opacité règne en maître dans la stratégie de BKC : le groupe a affirmé avoir cédé 10 % du holding Heuliez Concord Capital, qui gère les actifs corporels d’Heuliez (machines et immobilier) pour 15 millions d’euros à la société Initiatives et Développements, dont BKC est client.

Dans le même temps, BKC envisage d’investir vingt-cinq millions d’euros dans Initiatives et Développements. Une société dont l’activité est la gestion de programmes de fidélité, et qui a expliqué n’avoir aucune volonté de gérer de la production industrielle. Pourquoi BKC n’a pas investi directement dans Heuliez ? Louis Petiet, PDG de BKC, avance le souhait de ne pas débloquer les fonds d’un coup… Ou d’une incapacité à les trouver ?

Toujours est-il qu’à ce jour, même si BKC a encore confirmé il y a un mois le bien-fondé de la manipulation comptable, l’entreprise ne se dit pas hostile à l’accueil d’un nouveau partenaire industriel. D’après le ministre de l’Industrie, un fameux « plan B » se profilerait, l’Etat étant en discussion avec « plusieurs partenaires investis« . La région Pays de la Loire pourrait aussi apporter cinq millions d’euros.

Heuliez Pregunta, au Mondial de l'Automobile 1998

En cas d’échec, une nouvelle cessation de paiements se profile clairement chez Heuliez.  L’attente est pénible, pour les six cents salariés, qui ont déjà dû faire face en 2009 au retrait d’un premier repreneur n’ayant pas tenu ses engagements, Argentum Motors, et à un plan social qui a faire fondre les effectifs de quatre cents personnes. L’absence d’intentions claires de BKC n’est pas de nature à rassurer les éventuels nouveaux partenaires d’Heuliez. D’autant que le marché de l’automobile, lui, panse encore ses plaies.

Difficile, cependant, d’imaginer la disparition d’Heuliez, né d’un atelier de charron dans les années 1920, devenu en peu de temps carrossier, aménageant également des bus. Bureau d’études, sous-traitant, équipementier,  Heuliez est devenu constructeur à part entière dans les années 1980. Notamment pour le compte de Citroën, qui a confié la production des BX, CX Evasion, mais aussi des XM et Xantia break jusqu’au début des années 2000.

Heuliez a aussi réalisé des caisses de 205 Turbo 16, des Renault 25 Limousine, et la Citroën BX 4TC, entre autres. Des chaînes d’Heuliez sont aussi sorties 6.500 Citroën AX, Saxo et Peugeot 106 Electric, dans les années 1990.

Heuliez n’a jamais cessé de faire des propositions aux constructeurs, les bureaux d’études imaginant des prototypes les plus réalistes (AX break, ou cabriolet ZX Vent d’Ouest en 1994) aux plus fous (Pregunta).

C’est en produisant des modules de toits rétractables qu’Heuliez a passé la décennie 2000 : pour la Peugeot 206 CC notamment, avant que Peugeot ne reprenne la production à son compte pour la 207. En 2004, Opel sous-traite à Heuliez la production de la Tigra TwinTop. Ce qui n’empêche pas Heuliez de démontrer son savoir-faire en matière d’ouvrants : à Genève en 2006, Heuliez dévoile la 407 Macarena, qui aurait fait d’elle le premier coupé-cabriolet quatre portes. Sans succès.
En 2009, l’arrêt de la production de la Tigra TwinTop est difficilement négocié, et met l’entreprise au pied du mur.

C’est donc avec l’étude et la production de la Friendly qu’Heuliez entend rebondir : l’engin propose un look de petite camionnette, à trois places (une à l’avant, les deux autres côte à côte à l’arrière), longue de 2.85 m. Un  véhicule 100 % électrique affichant une vitesse maximum de 110 km/h. L’autonomie va de 100 à 230 kilomètres, selon que le véhicule est équipé d’un ou trois packs de batteries, rechargeables en deux heures par pack. Prix du modèle ? 17.928 euros TTC, hors bonus écologique et primes à la casse.

De Bercy, où se dessine l’avenir financier d’Heuliez, à Cerizay, où dort une collection d’engins et un savoir-faire qui font du carrossier un pilier à part entière du patrimoine automobile français, le sauvetage reste dans l’air du temps. A l’aide d’un autre constructeur ? Rien n’est moins sûr : tous ceux qui ont un moment confié de la sous-traitance à Heuliez ont fini par reprendre la fabrication à leur compte. La plupart avancent par ailleurs à pas de velours dans le marché du véhicule tout électrique. Un pari bien difficile…

A visiter absolument, le site Internet d’André Leroux, véritable encyclopédie concernant l’histoire d’Heuliez, et tous les modèles imaginés et produits des origines à nos jours.  Un bijou de documentation et une mine d’informations…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s