Avec l’A1, Audi entre dans l’arène des citadines… chic

PAR BENOÎT FAUCONNIER

Audi revient dans le monde des citadines, plusieurs années avoir tenté une incursion (ratée), avec l’originale A2 et sa carrosserie tout alu abritant des motorisations modestes.
Avec l’A1, la firme d’Ingolstadt joue davantage la continuité que la rupture.

Audi fait entrer dans moins de 4 mètres (3.95 m précisément, soit sept centimètres de moins qu’une Renault Clio) une calandre alimentant l’air de famille avec les A3 et A4, et une poupe directement insiprée des Q5 et Q5, reprenant le principe du contour de malle débordant sur les ailes. A l’avant, le capot adopte lui aussi cette caractéristique et retombe sur les ailes. On ne parlera pas d’audace, sur ce coup-là…

Un design qui avait plus que dévoilé la plupart de ses secrets, dans les traits de l’A1 Sportback Concept (la future variante à cinq portes) présentée à Francfort en 2009, puis à Bruxelles. Pas de trace pourtant, sous le capot de l’A1 définitive, de la solution technique montrée dans le Concept : un 1.4 TSI de 150 ch couplé à un moteur électrique de 27 ch. installé entre les roues arrière. L’ensemble affichant des émissions de CO2 de 92 gr. par kilomètre.

Dans l’A1, rien que du classique, ou presque : deux TDI 1.6, de 90 et 105 ch (99 gr. tous les deux). Et en essence, un TFSI de 122 ch. En entrée de gamme, Audi a eu recours au downsizing, et tire 86 ch d’un petit 1.2 TSI. La grosse cavalerie sera sans doute pour un peu plus tard, face à des Alfa MiTo, Mini ou autre Citroën DS3 qui grimpent, en haut de gamme, de 156 à 175 ch. A l’instar des Mini, toutes les Audi A1 seront équipées d’un système Stop&Start.

Côté habitabilité, pas de miracle à attendre. D’autant que la version trois portes n’acceptera que quatre occupants. Pour voyager à cinq, il faudra opter pour la… 5 portes. Variante « pratique » dont ne peuvent se prévaloir les rivales directes, hormis une Mini Clubman. La capacité du coffre, elle, plafonne à 267 litres. Une « soute » dotée d’un double plancher.

L’Audi A1 sera exclusivement produite dans l’usine de Bruxelles. Le constructeur y a investi 285 millions d’euros.
Elle sera présentée au public au salon de Genève, à partir du 4 mars. Le ticket d’entrée devrait se situer à 16.000 euros sur le marché allemand, en finition Attraction.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s